Rechercher



D'cota

Vous êtes ici : Plug-ins >Avis des Utilisateurs
English Version...


3 synthés, sinon, rien !


Cet article a d'abord été écrit pour le journal Keyboards / Home Studio. Il est reproduit ici avec leur sympathique autorisation, merci ,o)

L'informatique musicale n'en finit plus de nous proposer des instruments virtuels tous aussi puissants les uns qui les autres. Il devient donc extrêmement difficile pour les éditeurs de se démarquer de la concurrence, d'autant que l'on trouve facilement des VST Instruments gratosware très bien pensés, puissants et... gratuits ! Pour autant Steinberg ne baisse pas les bras et présente D'cota. Voyons en quoi il peut faire la différence.


D'ballage !

D'cota est un synthétiseur virtuel 128 voix de polyphonie, multitimbral 8 "parts", 4 sorties Audio stéréo, proposant 3 différents types de synthèse : Analog, Spectrum et Wave. Nous y reviendrons. Il est disponible au format VST pour PC, Mac OS 9 et MAC OS X.

L'installation se déroule sans aucun problème, il vous sera uniquement demandé où ranger le plug-in. Rien d'autre.

Comme toujours chez Steinberg, l'interface est belle bien que sobre. Mais le choix de la sérigraphie noire sur fond gris foncé ne la rend pas toujours très lisible.

Le logiciel est livré avec 3 banques sons qui permettent de l'utiliser tout de suite sans avoir recours au manuel (sur papier et en français !). A la première écoute, on se rend compte que la vocation de D'cota n'est pas la simulation d'instruments acoustiques mais de proposer des sonorités analogiques riches et originales. D'entrée de jeux, je remarque deux choses :

  1. Mon Pentium 3 1 GHz se fait vieux et certains sons consomment 50 % de CPU avec des pointes à 70 sur les attaques de notes !
  2. Dans Cubase SX, il arrive fréquemment qu'une fois la fenêtre de D'cota active, plus aucune touche ne permette de commander SX et ce, quel que soit le réglage que l'on ait choisi pour D'cota (fenêtre toujours en avant-plan ou pas). C'est probablement une erreur de jeunesse mais c'est assez gênant.

Si on peut se passer du manuel pour ce qui est de l'utilisation de base, il en va autrement dès que l'on décide de fabriquer ses propres sons. En effet, D'cota propose de très nombreux paramètres, ayant souvent une interaction entre eux, et la lecture du manuel me semble indispensable si on veut procéder autrement que par hasard. Notons d'ailleurs l'effort pédagogique de Steinberg qui propose carrément de petits exercices pour apprendre à concevoir un son. Excellente idée !


D'tail

D'cota propose donc 3 modes de synthèse distincts.

Analog. On a là de la pure synthèse soustractive avec tout ce qu'il faut pour que ça sonne : 3 oscillateurs (avec possibilité de FM), 1 filtre puissant et complet, un arpégiateur, de la modulation en anneau etc. Rien de bien original me direz vous. Là où D'cota se distingue, c'est dans le choix des formes d'onde disponibles pour chaque oscillateur. Outre les incontournables Carré, Triangle, Sinus et Dents de Scie, nous trouvons Formant, Vocal, Partial, ResoPulse et Slope. La place manque pour tous les détailler, mais sachez que chaque type de forme d'onde permet de générer des timbres originaux qui, combinés les uns aux autres, donnent accès à une palette sonore très large voir infinie.

Spectrum. Ca se complique un peu ! De 1 à 6 oscillateurs produisent deux formes d'onde, chacune passant ensuite à travers leur filtre spectral respectif. Ces filtres déterminent la réponse en fréquence et sont dessinés à la souris. Ce n'est pas tout ! Le contrôle "Morph" permet de mixer la sortie des deux filtres. Les sons obtenus par ce module sont impressionnants mais particulièrement gourmands en CPU.

Wave. C'est un dérivé de la synthèse Spectrum. 1 oscillateur génère deux formes d'onde qui passent ensuite via 2 filtres spectraux. Le signal se présente ensuite devant 3 filtres en peigne "branchés" en parallèle avec réinjection (du FeedBack quoi !). Si vous ajoutez à tout ceci un mini-séquenceur 16 pas (un arpégiateur programmable en fait), je vous laisse imaginer les possibilités ! Ce module est notamment à l'aise avec les sons percussifs mais surtout avec les nappes dont les filtres évoluent dans le temps.

Autant dire que ces 3 synthétiseurs offrent une belle palette sonore où chacun pourra puiser sons inédits et pourquoi pas, inspiration...

Je vous entends d'ici rêver de la possibilité de mélanger les trois systèmes de synthèse pour obtenir du jamais vu, jamais entendu. Je vais vous faire redescendre rapidement de votre petit nuage, ce n'est pas possible...


D'paramètres généraux !

Nous avons vu là les paramètres propres à chaque synthé mais il nous reste encore à voir ceux qui leur sont communs et là encore, il y a à dire !

Nous disposons de deux LFOs (qui doivent être assignés à un paramètre avant de pouvoir être utilisés, voir plus bas). Rien de bien original, mais il y a tout ce dont on a besoin.

Viennent ensuite 4 enveloppes de type ADSR. Si la première est par défaut affectée au volume général, elles peuvent de toute façon être utilisées pour contrôler n'importe quoi (voir plus bas, bis !).

Si vous estimez que votre son n'a pas encore subi tous les outrages, il vous reste encore 3 moyens de le sculpter : les effets ! D'cota est pourvu d'une distorsion, d'un delay et d'un chorus ! Les paramètres disponibles pour chaque effet sont typiquement ceux que l'on s'attend à rencontrer sur ce type de traitement...

La petite cerise sur la galette des rois : il y a un bouton qui sert à modifier les réglages de D'cota de façon aléatoire ! Steinberg vient d'inventer la pifométrie soustractive à filtres spectraux en peigne ! C'est un peu la tombola de la synthèse sonore, la perle est rare au milieu des résultats abracadabrants que génère cette fonction la plupart du temps. Mais c'est amusant !


D'cota sous contrôle

Voici un point tout à fait intéressant dans D'cota : la facilité déconcertante avec laquelle tout paramètre peut être affecté par diverses sources, contrôleurs Midi bien sûr mais aussi par d'autres éléments de D'cota. Ouvrez la barre des Contrôleurs, choisissez la source (After Touch, Molette de Modulation, "Key Track", Vélocité, Enveloppe, LFO) et cliquez ensuite sur le paramètre que la source devra contrôler.C'est tout ! Non, en fait, ce n'est pas tout ! D'cota accepte aussi d'être piloté par une source Midi externe. Là encore, la fonction "Midi Learn" disponible sous le clic droit de chaque bouton facilitera la mise en place.

Si jamais ces méthodes ne vous convenaient pas, il va de soi que D'cota est entièrement automatisable et qu'il est donc là encore facile de dessiner par exemple une variation de filtre dans votre séquenceur compatible VST 2.0 préféré !


D'finitivement

D'cota est vraiment facile et plaisant à utiliser malgré le petit bogue cité plus haut. Une fois son architecture assimilée, il est assez aisé de le programmer.

Les sonorités dont il est capable sont tout à fait séduisantes et auront leur utilité dans de nombreux styles musicaux.

La seule inconnue de cette équation est de savoir si parmi la multitude de synthétiseurs virtuels disponibles sur le marché, D'cota saura se démarquer et trouver son public. Il a en tout cas tout pour le séduire...

A bientôt, ici ou ailleurs ,o)


  • Les + : la richesse des sons, les possibilités de contrôles
  • Les - : la consommation CPU, l'aléatoire perte des commandes SX (voir texte)

  • Ergonomie : 18/20
  • Sons : 19/20
  • Rapport Qualité/Prix : 18/20
  • Editeur : Steinberg
  • Distributeur : Steinberg-France

  • Configuration minimum :
    • PC : Pentium III 800 MHz, 20 Mo de RAM libre en plus de celle nécessaire à l'application hôte, Windows 2000/XP
    • MAC : G4 400 MHz, 20 Mo de RAM libre en plus de celle nécessaire à l'application hôte, Mac OS 9.x ou Mac OS 10.2

  • Prix conseillé : 299 Euros TTC

Pascal VALENTIN, le 10-03-2003

Page vue 7840 fois