Rechercher



Groove Agent 2

Vous êtes ici : Plug-ins >Avis des Utilisateurs


Au train où vont les choses on pourra bientôt produire un titre sans faire appel au moindre instrument ou musicien réel. Avec cette version 2 de sa déjà célèbre boîte à rythmes virtuelle, Steinberg nous propose de remplacer nos batteurs. Possible ?

Le home-studio se démocratise et les musiciens deviennent multi-instrumentiste et polyvalent : la virtualisation des instruments permet de tout faire dans un seul ordinateur sans qu’aucun autre musicien n’ait à intervenir. Mais même si les outils permettant d’approcher le réalisme de vrais instruments sont aujourd’hui nombreux, particulièrement du côté des bibliothèques d’échantillons pour samplers, tout le monde ne sait pas programmer des parties MIDI réalistes, ni même n’en a le temps, l’inspiration artistique ou la connaissance de l’instrument nécessaire à une bonne simulation. C’est particulièrement le cas des batteries virtuelles car il faut tenir compte de contraintes physiques (un batteur n’a que deux bras et deux jambes) et créatives auxquelles un non spécialiste ne pense pas forcément. Le résultat ne sera pas à la hauteur des moyens mis en œuvre. L’opportunité de faire faire ce travail indirectement par quelqu’un tout en restant maître de sa création devient alors un vrai challenge. C’est ce que Groove Agent (que nous appèlerons GA) propose. Voyons de quelle manière.


Une idée de départ toute bête !

En 2002 une idée est lancée sur les forums VST suédois : recréer l’une de nos vieilles boites à rythmes avec des styles préenregistrés (variés, anciens et modernes) que l’on déclencherait par une simple pression sur un bouton. Bien sûr il faudrait que cette boite à rythme bénéficie de la technologie et des possibilités sonores actuelles et qu’elle s’intègre parfaitement dans nos séquenceurs virtuels. Sven Bornemark, déjà connu pour Virtual Guitarist et plus récemment Broomstick Bass, se met alors au travail avec Paul Kellet (programmeur MDA) et une dizaine de musiciens. Début 2003 sort Groove Agent. Plusieurs dizaines de styles musicaux avec de multiples variations (breaks, niveaux de complexité) joués par de vrais batteurs puis stockés au format MIDI. On y associe plusieurs kits de batterie enregistrés élément par élément en 24 bits sur plusieurs couches de vélocités et on présente le tout dans un logiciel insérable dans tout hôte compatible VST. Il suffit ensuite de cliquer sur quelques boutons pour construire un morceau complet, comme on le faisait dans nos studios, à l’époque, avec les Boss DR series et autres Casio, mais cette fois tout est enregistrable et modifiable. Tellement simple qu’on se demande pourquoi on ne l’a pas fait plus tôt. Cette version 2 reprend le même principe mais y apporte des améliorations, de nouveaux styles et de nouvelles sonorités.

Let's Groove !!!


Y a plus de dongle ?

Le logiciel est livré sur un CD Mac/PC. Il est compatible VST, Dxi, AU, stand-alone et ReWire. Comme d’habitude, on met le CD dans le lecteur et on suit les étapes après avoir entré un numéro de série. Avec GA 2, les samples sont stockés où vous décidez, pour de meilleures performances.

Nouveauté Steinberg : plus de clé de protection dans la boîte. Lors d’un premier achat vous en achèterez une séparément qui vous coûtera 29 euros et servira pour toutes les licences Steinberg. Finis les dongles inutilisés ou les ports USB manquants. Le chargement des licences se fait sur internet via un code à usage unique livré avec le logiciel. Cette étape peut se faire sur toute machine connectée, donc pas forcément sur la machine MAO. Signalons au passage que le nouveau système Syncrosoft semble plutôt efficace puisque par exemple Cubase SX 3 a mis près d’un an à être piraté (un an pendant lequel l’éditeur peut vendre des logiciels et offrir du service aux utilisateurs légaux). Une bonne nouvelle pour ceux qui ont choisi la légalité.

La boîte contient aussi des versions démo d’HyperSonic (qui vient juste de sortir en version 2) et Cubase SX 3 et un manuel papier multilingue. La version française a été corrigée et est moins rigolote que celle livrée avec GA1 mais bien plus claire (même si on peut s’en passer aisément).


Tout sous la main.

L’interface est sobre, mélant délicieusement rétro et hi-tech. Elle offre toutes les fonctions du logiciel dans la même fenêtre sans avoir à musarder dans un tas de menus comme on en trouve sur de plus en plus de plugins. Et effectivement à la première ouverture, pas besoin d’être Einstein pour vite comprendre comment tout ça fonctionne.

Tout en haut un grand fader permet de choisir un style musical parmi 54 classés chronologiquement de 1950 à 2005. GA2 ajoute 27 nouveaux styles accessibles par clic droit sur l’un des styles représentés en bleu clair (façon intelligente de ne pas allourdir l’interface). La couverture est vaste, de la Rumba au Hip-Hop en passant par la Techno et le Heavy Metal, tout y est. A chaque style son kit de batterie par défaut. Le bouton Link dissocie les deux parties du fader permettant de jouer un style et un kit qui n’ont en principe rien à voir. Rapide calcul : 81 styles et 81 kits, soit près de 6600 combinaisons. Le deuxième fader détermine le niveau de complexité du jeu : 25 niveaux, du simple « grosse caisse/charlé » au rythme hyper avancé impossible à programmer à la main. A chaque niveau sa transition par défaut, dont la complexité évolue également et déclenchée par le bouton Fill. Ici aussi, un bouton Link dissocie les deux éléments. Ainsi on peut utiliser un pattern complexe avec un fill simple ou l’inverse, ou encore conserver un niveau de complexité fixe en utilisant différents fills. Pour varier encore, un bouton Snare/SideStick permet de passer au jeu en Rim Shot, un bouton Half Tempo aère le jeu et le rend plus « laidback », un bouton Accent ajoute un coup de grosse caisse et cymbale crash pour faire des syncopes, et les boutons Ramdom fill, Auto Fill et Ramdom automatisent les enchainements afin de rendre le jeu moins prévisible et plus vivant. On trouve pour finir des rotatifs destinés à humaniser le jeu : Shuffle pour « ternariser » et Humanize qui rend le jeu moins robotique. Pendant les manipulations, toutes les informations sont affichées dans le grand écran LCD vert. Vous l’aurez compris, on ne peut pas faire plus simple. Une pression sur le bouton Run, et en quelques minutes on arrive à un résultat. Mais ce n’est pas tout !

Une fois choisis un style et un kit, on peut modifier le kit en profondeur. En cliquant sur l’un des 8 slots dédiés à chaque élément de batterie, un menu propose des choix de caisses claires, grosses caisses ou ce que vous voudrez. Il est alors possible d’utiliser des éléments de batterie disparates pour des résultats surprenants. On peut aussi muter un élément ou le passer en solo (idéal pour une édition poussée). A gauche, le rotatif Limiter compresse le son global. Enfin, les kits acoustiques ont été enregistrés de près, en overhead, à 2 mètres et à 7 mètres et les kits électroniques ont été traités par des réverbes électroniques. Le rotatif Ambience viendra doser la balance entre toutes ces prises donnant un son plus ou moins sec ou aéré. En cliquant sur Edit en bas à droite, un couvercle virtuel libère un panneau de configuration offrant pour chaque partie du kit les réglages suivants : vélocité, accord, decay, taux d’ambiance, volume et sortie audio à choisir parmi les 8 sorties stéréo disponibles (la version 1 n’en proposait que 4). De quoi transfigurer un kit et l’adapter à vos désirs. Et toujours de façon extrèmement conviviale et simple.

La page principale de Groove Agent 2


Comment c’est qu’on joue au batteur ?

Pour créer une piste complète de batterie on procède de plusieurs façons. On peut utiliser les 10 mémoires disponibles en bas de la fenêtre Edit pour enregistrer des configurations fixes de GA puis travailler par patterns comme avec une boite à rythmes classique (mais en mieux).

On peut lancer la lecture puis manipuler GA en temps réel en utilisant l’automation du séquenceur pour enregistrer ces manipulations. Tous les paramètres sont automatisables et peuvent ensuite être édités librement. Mais ce n’est pas tout, il y a plus fort encore !

Avec un clic sur la languette du couvercle Setup, on entre dans les viscères de GA et le logiciel devient alors vraiment intéressant. En activant MIDI Output, GA peut générer des informations MIDI en sortie. On peut alors enregistrer ces données puis les éditer librement dans l’éditeur clavier. Mieux encore, on peut diriger cette sortie MIDI vers un autre générateur de sons. D’ailleurs, avec cette version 2, il est possible de désactiver le moteur audio si on ne veut pas utiliser les sons fournis. Si votre générateur est General MIDI, activez simplement GM Output. Attention, selon la documentation, Steinberg ne garantit pas que ce mode fonctionnera dans tous les séquenceurs car le protocole VST 2 est poussé dans ses derniers retranchements. Il faudrait en théorie Cubase ou Nuendo, mais, sauf si je n’ai rien compris, j’ai pu l’utiliser dans Sonar au moins. Probablement conscients du problème, les concepteurs ont ajouté une autre fonction très pratique : GA est capable de générer (il sera stocké sur le bureau) un fichier MIDI pendant qu’on manipule les paramètres. On peut ensuite importer ce fichier dans tout séquenceur pour l’éditer. Cette fonction est idéale en mode stand-alone.

Les possibilités de programmation et d’automatisations, tout en restant extrèmement simples, sont vraiment puissantes. Le passage d’un style à un autre et d’un kit à un autre se fait instantanément, sans décrochage, plantage ou quoi que ce soit. La stabilité est exemplaire.

La fenêtre d'édition


On s’y croirait !

Que le logiciel soit simple à programmer est une chose, mais comment sonne t-il ? Les kits disponibles sont bien supérieurs à ce qu’offre une simple boite à rythme, surtout pour leur authenticité. En tout, on a enregistré un kit acoustique de chaque décénie (jazz 50, pop 60, rock 70 et studio 80) plus trois autres kits (metal, noisy, studio), plusieurs caisses claires, des sets de percussions, congas, bongos, les boites à rythmes collectors de Sven Bornemark et les samples électro des collections PrimeSounds Stockholm. Certes, les sonorités acoustiques ne rivalisent pas avec un Drum Kit From Hell Superior, mais elles sont très bien enregistrées et offrent un avantage certain : elles ne sont pas typées et peuvent s’adapter à n’importe quel morceau. Une fois bien mixé avec le reste des instruments (et les possibilités ne manquent pas), GA passera sans problème. On peut souligner aussi que cette version 2 permet de mixer les sons réverbérés indépendamment et qu’un mode vintage vient salir le son pour le rendre encore plus crédible. Les multiples styles alliés aux possibilités de programmation évoluées permettent d’atteindre un niveau de réalisme tout-à-fait acceptable, d’autant plus qu’il est possible d’éditer absolument tout à la main si on le désire.

En fonction des goûts, il y aura en fait deux types d’utilisateur : rythmes préenregistrés sans les sons et pilotage d’un autre générateur, ou utilisation des sons via un clavier MIDI sans les rythmes préenregistrés dans le but d’avoir rapidement plusieurs kits à disposition. Et puis ceux qui utiliseront GA dans sa totalité pourront paufiner ses réglages jusque dans les moindres recoins et obtenir un résultat qui fera illusion sans prise de tête !

On n’oubliera pas de garder à l’esprit que la philosophie des Groove Agent, Virtual Machin et compagnie n’est pas réellement de permettre un travail définitif mais plutôt de donner au compositeur un moyen de coucher rapidement une idée avant que l’inspiration ne s’envole. Et de ce côté-là, c'est plutôt réussi.


Trop peu de nouveautés, vous trouvez ?

On pourrait se dire que 2 ans pour si peu de nouveautés, c’est un peu long. Pourtant, GA2 propose 27 styles supplémentaires, 3 nouveaux kits acoustiques, des sons électroniques originaux. Tout cela représente des heures d’enregistrement, tri, traitement et mise en forme. De plus, la plupart des améliorations qui avaient été demandées sont là. Sauf des boutons plus gros pour le jeu en temps réel. Mais on ne peut pas tout avoir !

Groove Agent peut piloter un autre VST-i (ici HALion 3)


Votre batteur au chômage ?

On ne remplacera jamais un vrai musicien. Cependant à l’issue de ce test je me demande comment j’ai pu ignorer à ce point GA lors de sa naissance. Je pensais probablement, immodestement, que possédant de bonnes banques de sons et quelques notions de programmation MIDI, il me serait totalement inutile et sonnerait « boîte ». Grossière erreur ! Grâce à une simplicité et à une versatilité saisissantes, Groove Agent 2 offre une particularité capitale : il permet de garder l’inspiration et même de l’apporter, comme le ferait une simple boite à rythmes. Et la simulation a de beaucoup dépassé le modèle. Un logiciel conçu pour le musicien, en somme. Bref, j’ai vraiment été bluffé et totalement emballé par ce logiciel qui permet de créer des parties de percussions en deux temps trois mouvements. Et je fais amende honorable ;o)

Les automations de Groove Agent dans Cubase SX 3


Les + : simplicité extrème, pilotage d’autres modules de sons, diversité, adaptabilité, consommation CPU, stabilité, prix plus que correct
Les - : certaines parties de l’interface peu lisibles ou difficiles à manipuler en live, certains sons un peu légers, le manque de caractère lié à la grande adaptabilité


Configuration minimum :
  • PC : PC Windows XP (pro ou home), P4 1,4/512 Mo, carte ASIO 2, affichage 1152x864 (bi-écran), port USB pour la clé de protection
  • MAC : Mac OS X 10.3.3, G4 1,25/512 Mo, affichage 1152x864 (bi-écran), idem pour le reste
Prix généralement constatés :
  • 249 € TTC
  • 89 € TTC la mise à jour
  • 29 € TTC la clé de protection USB (Steinberg Key)

Ceedjay, le 12-11-2005

Page vue 19329 fois