Rechercher



HyperSonic, le mur du son ?

Vous êtes ici : Plug-ins >Avis des Utilisateurs
English Version...


Cet article a d'abord été écrit pour le journal Keyboards / Home Studio. Il est reproduit ici avec leur sympathique autorisation, merci ,o)


Selon la plaquette du site de Steinberg-France, HyperSonic est un " formidable outil pour les compositeurs sous la forme d'une station de travail extensible et professionnelle ". Une nouvelle réussite de la paire Steinberg / Wizoo ou un simple concept marketing ?


Derrière cette présentation se cache donc le dernier né de chez Steinberg, un VST Instrument supposé remplacer au pied levé les bonnes grosses stations de travail hardware et ayant pour ambition de proposer au musicien une large palette de sons de qualité, des effets en grand nombre, des possibilités d'édition, le tout avec une consommation processeur / mémoire réduite.


Présentation hyper succincte

Le package est fidèle aux habitudes de la maison Steinberg (on ne s'en plaindra pas), à savoir qu'il contient un CD (c'est mieux !), un manuel papier en français très bien fait, la carte d'enregistrement et une clé USB, faudra s'y habituer. Si vous possédez déjà une telle clé pour Cubase ou Nuendo, vous pourrez l'utiliser pour autoriser HyperSonic. Pour le reste, l'installation est tout à fait classique avec, comme ça se pratique de plus en plus, un choix distinct du répertoire de destination pour le programme et les fichiers son.


Hyper simple

L'interface est très lisible, pas super super jolie mais pas hideuse non plus et elle se révèle très simple et agréable à utiliser. Reposant est le terme qui convient.

HyperSonic est d'une utilisation enfantine. Dès le premier lancement, on se sent chez soi. Sur la gauche, 16 slots correspondant aux 16 canaux Midi (sachant que plusieurs slots peuvent être liés et utiliser le même canal) et dans lesquels on peut charger des Patches à puiser parmi les 1000 fournis dans le cadre " Display " à droite quand il est en mode " Load ". Chaque son peut être muté mais une fonction solo aurait été la bienvenue. Entre ces deux cadres, 16 faders agissent par défaut sur le volume Midi mais peuvent aussi contrôler vélocité, polyphonie ou volume Audio. Sous la liste des Patches, une petite fenêtre " Hyper Display " donne un descriptif précis du son sélectionné, description qui peut être modifiée. Sous l'Hyper Display se cachent les cinq baies d'extension prévues pour ajouter au programme, dans le futur, soit des modes de synthèses soit des banques de sons supplémentaires.

Sur la droite, viennent 6 potards assez originaux, les " Hyper-potentiomètres ". Selon le Patch sélectionné, les paramètres des 6 boutons varient et ce pour une édition rapide du son. Pour une guitare Lead, on aura par exemple Attack Shape, Color, Tone, Eq, Amp Select et Overdrive. Pour un ensemble de cordes on aura Panner, Richness, Tone, Reso, Attack et Release. Pour certains kits de batterie, c'est le sample que l'on pourra choisir, bien que j'aie remarqué que ça ne fonctionne pas toujours. De façon générale, les réglages, qui sont imposés et immuables, sont plutôt bien choisis et leur appellation parlante pour peu que l'anglais ne vous soit pas totalement étranger. Grâce à ces 6 réglages, Hypersonic arrive à décliner un même son de base en plusieurs versions pour arriver au chiffre magique de 1000. A noter que les Hyper-potentiomètres sont contrôlables par Midi.

En bas de l'interface, se loge le classique clavier 88 touches sensible à la vélocité. RAS.

En haut du Display, il y a un moteur de recherche pour fouiller parmi les sons disponibles. Tapez " Piano " et choisissez celui qui vous convient. Le moteur de recherche est censé tenir compte des commentaires inscrits dans la zone Hyper Display, mais il ne le fait que pour les Patches utilisateur. C'est un peu curieux dans le sens où il est possible d'annoter un Patch usine. Bon...


Edition Hyper modeste

Bien qu'HyperSonic ait avant tout pour ambition de vous fournir des sons à manger tout de suite, il propose quand même des possibilités d'édition. En passant en mode " Edit " dans le Display, on visualise la structure d'un Patch.

Un son est bâti à partir des 5 modes de synthèse dont est capable le logiciel, modes au nom évocateur : multisample, synthèse analogique, synthèse FM, synthèse à tables d'ondes et Synthèse "Sliced Wave Loop", un son pouvant en utiliser plusieurs. La structure peut aussi contenir des effets. Il est impossible de construire soi-même un son de toute pièce, il faut partir d'un Patch existant et le modifier sans toutefois pourvoir intervenir sur sa structure (à part le fait de pouvoir désactiver les éléments individuellement).

Sélectionner un élément pour édition fait apparaître les paramètres qui lui sont propres. Pour les éléments son, on accédera entre autres à l'accord, à un filtre assez complet avec son enveloppe ADSR 5 points, à son enveloppe d'amplitude 5 points également, puis aux volume, pan, vélocité et polyphonie. Le minimum vital donc, mais ça tient bien son rôle. N'oubliez pas que vous n'avez sous le mulot ni un sampler ni un synthé, mais une boîte à sons prête à l'emploi.

Une chose assez curieuse sur le plan ergonomie. La valeur d'un paramètre est affichée soit sous le potard le régissant soit dans l'Hyper Display, obligeant ainsi les yeux à d'incessants va-et-vient d'un bout à l'autre de l'interface.

Si on a à affaire à un élément effet, les réglages varieront bien sûr en fonction de sa nature. Les effets sont à choisir parmi la petite quarantaine proposée : reverbs, delays, modulation, eq, dynamique, distorsion etc. Les effets font leur boulot et les réglages proposés sont appropriés. A noter que la sortie d'un effet peut être dirigée vers la sortie Audio de votre choix avec réglage de Pan, bien vu !

Un Patch a aussi ses paramètres globaux comme le Bend, le mode Mono, le Glide et un petit arpégiateur. Au final, on dispose des réglages vitaux pour chaque son, pas de quoi devenir Sound Designer, mais ce n'est vraiment pas le but ,o)

La page " Midi " du Display permet de choisir l'étendue du clavier couverte par un Patch, avec possibilité de split et de fondu-enchaîné entre chaque zone. On trouve également le classique réglage de " Velocity Range " bien utile pour faire sonner un son plutôt qu'un autre en fonction de la vélocité.

La page " FX " est celle où l'on pourra charger 8 effets (4 Sends, 4 Inserts) à choisir parmi les 40 évoqués plus haut. Le niveau de départ d'effet se gère dans la page " Mix " où l'on trouve aussi un Pan général et le choix de la sortie Audio, 32 stéréo au maximum, exemple, 1 stéréo par Patch, c'est idéal. Par contre, les potards sont un chouia pénibles à manipuler sur cette page-là.

Il ne reste que la page " Setup " à évoquer. Elle propose quelques réglages généraux comme l'activation des sorties Audio (il faut alors rebooter le plug !), l'activation de la réception des Program Change ou encore des réglages globaux de volume, de vélocité et d'Aftertouch.

Vous remarquerez que j'ai habilement évité de parler du principal, le son ! J'ai gardé ça pour la fin car il y a à dire...


Hyper sons ?

Avant tout, parlons technique. Il est annoncé que le programme est peu gourmand en CPU et en RAM. C'est tout à fait exact. Un " Grand Piano " n'utilise que 6,2 Mo de mémoire. Pour arriver à une telle économie, deux astuces ont été utilisées : la compression bien sûr. Elle est promise sans perte de qualité sonore, mais comme nous ne disposons pas des samples de départ, impossible de juger. 2ème trouvaille : si un sample est utilisé par plusieurs Patches, il n'est chargé qu'une fois en mémoire. Simple, mais efficace.

Au final, le morceau de démo " Deep Rock ", utilisant 16 Patches et de nombreux effets internes, ne consomme que 11 Mo de mémoire et 30 à 35 % de mon PIV 2,8 GHz.

Il est important de garder ces paramètres à l'esprit car il est bien évident qu'un piano basé sur 6 Mo de samples compressés ne peut en aucun cas rivaliser avec une banque de 1 Go chargée dans un sampler par exemple. Même chose pour une batterie HyperSonic de 7,3 Mo comparée avec une banque LM4 de 300 Mo avec 8 ou 10 samples par élément de batterie.

Tout ça pour dire que les miracles n'existent pas ;o) La qualité des sons délivrés par HyperSonic est exactement celle que l'on peut attendre d'une Workstation. Ils sont de très bonne qualité comparés à une " vraie " station de travail mais tout à fait quelconques comparés à des banques son spécialisées. Parmi les sons s'en tirant très bien, j'ai été étonné par les pianos acoustiques et électriques, les sons synthétiques sont généralement à la hauteur, les " Brass Sections ", les saxos, les Harpsichords s'en tirent très bien, de même que tous les sons Pad. S'en sortent moyennement les batteries (les cymbales manquent cruellement de définition), les basses électriques, très typées, et les nappes de cordes. Les derniers de la classe, comme c'est souvent le cas sur les Workstations, sont les guitares, les instruments à vent solo, et plus étonnant, les orgues.

Les Patches peuvent être regroupés sous forme de Combis (combinaison de 2 à 16 Patches). En dirigeant chaque Patch d'un Combi vers la même sortie Midi, il possible d'obtenir des sons très riches et variant en fonction de la vélocité et de la zone du clavier jouée. Les Combis livrés sont très intéressants et représentatifs des possibilités du programme dans ce genre de configuration.

Alors, tout pas beau ? Bien sûr que non. Il faut juste recadrer l'utilisation qui peut être faite de ce logiciel. Je le vois bien servir de base de travail au musicien soudainement inspiré ! On lance HyperSonic et on dispose immédiatement d'à peu près tout ce dont on pourrait avoir besoin en terme de sons. Un mode GM aurait été bienvenu malgré tout. Une fois la phase d'écriture passée, il sera alors, peut-être, temps d'aller à la pêche aux sons qui déchirent si certains Patches ne conviennent pas.

Autre utilisation possible : sur un petit portable pendant un déplacement (rappelons que le peu de ressources demandées permet d'utiliser Hypersonic sur une petite configuration). Inspiré un soir de solitude à l'hôtel ? Lancez HyperSonic et posez les bases de votre futur tube !

Bref, si vous avez besoin d'une bonne petite banque de 1000 sons toujours dispos sans se prendre la tête, si vous voyagez avec votre portable, Hypersonic vous rendra de grands services. Par contre, si vous êtes à la recherche de sonorités très haut de gamme, tournez-vous plutôt vers une solution sampler + banques dédiées, mais l'addition ne sera pas la même.

En parlant de prix, on pourra trouver HyperSonic cher pour un VSTi, une fois encore il conviendra de se souvenir du prix de son équivalent hardware...

A bientôt, ici ou ailleurs ,o)


  • Les + : la facilité d'utilisation et d'édition, le peu de ressources nécessaires, les baies d'extension offrant un futur au logiciel, les 32 sorties Audio
  • Les - : la qualité relative de certains sons, pas de mode GM, pas de mode Solo pour les Patches, ergonomie parfois un peu étrange
  • Son : 15/20
  • Ergonomie : 17/20
  • Rapport Qualité/Prix : 16/20

Description

  • Nom : HyperSonic
  • Genre : VST Instrument de type Workstation
  • 1000 Patches, 100 Combis, 70 drumkits, 2560 programmes utilisateur
  • 5 moteurs de synthèse
  • Multitimbral 16 canaux par instance
  • Polyphonie : 1024 voies par instance
  • 32 canaux audio en sortie, configurables (Quad, Stéréo, Mono)
  • Editeur : Steinberg http://www.steinberg.net
  • Distributeur : http://www.steinberg.fr
  • Prix généralement constaté : 400 €uro

Configurations conseillées

  • PC : PIII 500 MHz ou AMD K7/P 4 ou Athlon 1 GHz, 256 Mo de RAM libre, 300 Mo d'espace disque libre, carte graphique 1024 X 768, hôte compatible VST 2, Windows 2000/XP, carte son MME ou ASIO (ASIO recommandé), une prise USB libre
  • MAC : G3/G4 500 MHz, 256 Mo de RAM libre, 300 Mo d'espace disque libre, Mac OS 10.2 ou plus, hôte compatible VST 2, carte graphique 1024 X 768, prise USB libre, carte son avec pilote ASIO

    Pascal VALENTIN, le 10-01-2004

    Page vue 13938 fois