Rechercher



XPhraze

Vous êtes ici : Plug-ins >Avis des Utilisateurs
English Version...


Ce test a été d'abord été écrit pour le journal Keyboards / Home Studio. Il est reproduit ici avec leur sympathique autorisation, merci ,o)


L’actualité Steinberg est décidément très riche ces temps-ci, les mises à jour majeures et les nouveautés sortent de façon quasi mensuelle. Me voici donc avec la mission de vous présenter Xphraze. Je peux déjà affirmer que ça ne va pas être simple car le logiciel est tout aussi puissant qu’il est difficile d’accès lors d’une première approche. Xphrase n’est ni un sampler, ni un arpégiateur, ni une boite à rythmes, ni un synthé, il est par contre un peu tout ça à la fois. J’ai deux pages pour vous le prouver, pari tenu ,o)


Quoi y a dans la boite ?

Le logiciel est livré avec un CD protégé en copie, un manuel papier en français bien rédigé et une carte d’enregistrement. L’installation est tout à fait classique, choix distinct du répertoire de destination pour le plug-in et les 347 Mo de sons signés Wizoo, bonne initiative. Une fois de plus, l’interface est à la fois très belle et… sa sérigraphie… illisible !

La première utilisation est déroutante car par défaut, Xphraze n’émet qu’un ignoble Pouet. Mais même sans ouvrir le manuel, on découvre vite l’Explorateur sur la gauche qui donne accès au Combis, notion sur laquelle je vais revenir.

Les Combis fournis sont tout simplement monstrueux ! On se rend tout de suite compte que les possibilités de Xphrase sont infinies, riches, variées, même si le logiciel semble plus particulièrement à l’aise dans les musiques électroniques et qu’il vous sera peut-être moins indispensable si vous oeuvrez dans le Death Metal, quoi que ,o) .Au-delà, il y en a pour tous les goûts, tous les styles. On navigue d’un groove purement technoïde à une ambiance World Music en passant par des nappes du genre jamais entendu.


Passage aux rayons X

A la base de tout, il y a les Multisamples. Un Multisample est un casier dans lequel on peut ranger jusqu’à 16 échantillons. Xphraze est vendu avec un joli paquet de Multisamples mais vous pouvez importer les vôtres (compatibilité Wave, Aiff jusqu’à 192 KHz / 32 bits).

Au stade suivant se trouve la Phrase. Imaginez une Time-Line comprenant 32 divisions temporelles auxquelles on peut affecter un sample distinct, sachant que chaque division peut être activée (lue) ou non, avec possibilité de Morphing entre deux cellules.

6 paramètres simultanés à choisir parmi volume, pan, tonalité, cutoff, résonance, Gate, point de départ, Time Stretch, fondu etc., peuvent être modulés en temps réel pendant la lecture, les variations se dessinant à la souris. Le 6ème paramètre est lui modulable par une source telle que un LFO, une enveloppe, un contrôleur Midi, l’aftertouch, le pitch bend etc. Les Phrases peuvent être bouclées d’une cellule à un autre. A dire vrai, elles font presque toute la spécificité de Xphraze.

Chaque Phrase se voit en plus affectés une section Pitch générale, un filtre 12/24 dB et son enveloppe 128 (128 !) points, une enveloppe d’amplitude 128 points, 4 LFOs, un effet à choisir parmi 24 (reverb, delay, flanger, chorus, eq, wha-wha, disto, phaser…), deux enveloppes auxiliaires qui peuvent être assignées facilement à à peu près tout, une résolution et un petit arpégiateur. Je pense n’avoir oublié presque personne ! Une Phrase + tous ces paramètres = un Patch. Un Patch peut utiliser jusqu’à 4 Phrases différentes, on passera de l’une à l’autre par un bête Program Change, en autres.

Dans la hiérarchie, au-dessus des Patches, se trouve le Combi qui est une combinaison de 1, 2, 3 ou 4 Patches ! Je vous laisse imaginer ce que peuvent donner 4 Patches comprenant de 1 à 32 samples, 4 Phrases, 6 paramètres de chaque Phrase pouvant être modulés, et passant par un filtre + enveloppe, une enveloppe d’amplitude, 4 LFOs, un effet et un arpégiateur et dont la plupart des paramètres peuvent de plus être contrôlés par n’importe quelle source, le tout en temps réel et en synchro.

A partir de là, tout est possible. On peut rêver d’une nappe synthétique dont le cutoff et la résonance évoluent dans le temps + un pattern de batterie + une basse jouant une ligne mélodique + un synthé lead totalement indépendant sur la 2ème moitié du clavier. Ou alors, d’un son inédit constitué de 4 « oscillateur » totalement différents et vivant chacun leur vie… Bref, les possibilités sont illimitées.

Un mot sur l’Explorateur intégré. Il permet de naviguer entre Combis, Patches, Phrases et Samples et d’affecter un élément à un autre d’un simple clic droit. Imparable.

Arrivé à ce stade de la découverte, on pourrait déjà s’écrier « houla, la belle bête ! ». Et bé non, Xphraze vous réserve encore quelques surprises…


Puissance XXL !

Comme si tout ça ne suffisait pas, Xphraze dispose également d’une section Master assez touffue.

Commençons par ce que Steinberg a pompeusement appelé Synthèse Vectorielle. Il s’agit en fait d’un joystick comme on en trouvait sur certains synthés comme le D50 et qui fait varier le mixage en sortie des 4 Patches. Sauf que là, les mouvements du joystick sont automatisables via une enveloppe, modulables par les 4 LFOs, le tout pouvant être mis en boucle.

Ensuite vient la fonction Xmode qui permet d’utiliser 4 touches du clavier Midi par Patch pour passer d’une Phrase à une autre. Idéal pour le Live…

Il y a mieux ! Le mode Xmix transforme carrément votre clavier Midi en surface de contrôle ! Dans cette configuration, une première grande partie du clavier est réservée au contrôle du logiciel (on/off des Patches, key transpose, déclenchement des phrases…) alors que la seconde partie fonctionne normalement pour le jeu Lead par exemple. Bref, Xphraze est aussi taillé pour le Live, d’autant que le logiciel est particulièrement stable et qu’aucun bogue ne semble l’affecter.

Pour en finir avec la section Master, citons le Setup avec ces quelques réglages généraux comprenant notamment le paramètre Resampling Quality. Si à l’oreille la différence entre Best et Good est infime, votre processeur lui accusera le coup !

Dispo également, une partie Master FX, proposant un rack d’effets par sortie Audio (4 au total) avec ses 11 effets, reverb, écho, flanger, chorus etc.

Et à droite de l’interface Advanced se trouve le Multisample Mapper qui est l’outil par lequel on chargera nos propres samples dans Xphraze.


Conclusion en quelques XPhrazes…

Et bé, je crois bien que j’ai réussi l’exploit de dépiauter Xphraze en seulement 2 pages ! Je conclurai en disant qu’Xphraze est un sans faute sur toute la ligne, rarement un logiciel ne m’avait autant étonné ! Voilà un logiciel original, diablement créatif et aux possibilités infinies, bien conçu, puissant, ergonomique une fois que l’on sait où aller et ne souffrant apparemment d’aucun bogue. Le challenge de Steinberg était de réunir dans un même logiciel le monde du DJ, du musicien et du sound designer, pari gagné. Le prix à payer est une consommation CPU importante sur certains Combis

Conclusion : à tester de toute urgence, version démo PC et MAC en ligne ici...

A bientôt ; ici, ou ailleurs ,o)


  • Les + : les possibilités de création sonores ET musicales, la qualité des sons fournis, l’originalité, la puissance, bref, TOUT !
  • Les - : me fait douloureusement savoir que je dois upgrader mon PC…

  • Sons : 18/20
  • Ergonomie : 18/20
  • Rapport Qualité/Prix : 18/20
  • Editeur : Steinberg
  • Distributeur : Steinberg-France

  • Applications hôte : Cubase VST 5.1 ou +, Cubase SL/SX, Nuendo 1.5 ou +, ou autre hôte compatible VST 2.0

  • Configuration minimum :
    • PC : PC : Processeur: Pentium III, Athlon 600 MHz (800 MHz ou plus recommandé) - RAM (Cache) : 70 MB RAM en plus des besoins de l'application hôte - Système d'exploitation : Windows 2000/XP - Carte son MME ou ASIO (ASIO recommandé)
    • MAC : MAC : Processeur: Powermac G4/400 MHz (500 MHz recommandé) - RAM (Cache) : 70 MB RAM en plus des besoins de l'application hôte - Système d'exploitation : Mac OS 9 et OS 10.2 - Carte son avec pilote ASIO

  • Prix selon Steinberg.net : 249 €uros (avec une TVA à 16 %). Consultez votre distributeur ou revendeur local

Pascal VALENTIN, le 07-09-2003

Page vue 11940 fois