Rechercher



Programmer les lignes de basse

Vous êtes ici : Midi >Fiat lux !


Programmer des lignes de basses, tout le monde peut le faire, mais les faire sonner réalistes est plus difficile, surtout si vous faites des choses qui tournent autour du rock. Quelque soit le type de programmations, qu'elles utilisent le MIDI, les boucles audio ou un vrai instrument, ces quelques trucs (presque tous issus de mes lectures de feu Computer Music, autrement dit, ma bible !) devraient vous permettre d'arriver le plus souvent à ce que vous recherchez.

Tout ceci vous est donné sans prétention, il se peut que vous ne soyiez pas d'accord avec certains trucs, en fonction de votre propre expérience. Cela dit, les débutants, ou les musiciens qui connaissent peu cet instrument trouveront certainement leur bonheur.


Aller directement à la partie qui vous intéresse

Mécanique ou réaliste
En avant ou en arrière du temps
Molette de pitch bend
Section rythmique
La place de la basse dans la compo
Vive le MIDI
Pour le son de base en MIDI
Autres travaux sur les sons
Effets ou pas ?
Derniers trucs


1) Mécanique ou réaliste.

Avant de commencer à programmer une ligne de basse, déterminez toujours si vous souhaitez une ligne mécanique et ultra régulière ou une ligne plus humaine, qui comportera peut-être des petites erreurs de synchro, mais qui se rapprochera plus de ce que jouerait un vrai bassiste. Tout ça, bien sûr, sera déterminé par le style de musique que vous faites. Plutôt rock, plutôt électro ou techno ?

Si vous voulez reproduire au plus près le jeu de basse d'un vrai instrumentiste, il faut éviter de trop utiliser l'outil de quantisation de votre séquenceur (pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit d'un outil qui recale les notes pile poil sur les temps). Ca peut marcher pour une batterie, mais pour une basse, il vaut mieux laisser "vivre" la ligne. Sauf si vous faites de la musique industrielle répétitive et violente. Donc, attention à l'outil "quantize".

Dans le cas où justement vous feriez ce genre de musique, alors n'hésitez pas à utiliser toutes les possibilités de quantize de votre logiciel. Par exemple, dans Cubase, l'iterative quantize déplace les notes un tout petit peu à chaque clic de souris, ce qui permet de les placer pile où on veut.

Remonter


2) En avant ou en arrière du temps.

Une fois qu'une piste de basse est programmée, vous pouvez la décaler entièrement un peu à gauche ou un peu à droite par rapport à sa position de départ gràce à la fonction "Delay" du séquenceur. Ce truc marche aussi avec des pistes audio. Ainsi, si vous la déplacez vers la gauche, la basse se retrouvera "en arrière du temps" et si vous la déplacez vers la droite, elle sera "en avant du temps". Dans le premier cas la ligne de basse aura l'air plus cool, plus relax, et dans le second cas, elle aura l'air plus pressante. Dans un groupe jouant live, les musiciens ont tous cette caractéristique de jouer plutôt "en avant" ou "en arrière" du temps. Et croyez-moi, ça peut changer toute la philosophie d'un morceau !

D'ailleur, essayez, juste pour voir, de mettre la basse "en arrière" sur les couplets et "en avant" sur les refrains. C'est très subtil, mais vous verrez qu'au moment du refrain, on a une impression de punch qui se met en route.

Remonter


3) Molette de pitch bend.

Si vous utilisez un clavier MIDI pour programmer vos lignes de basses, utilisez la molette de pitch bend pour introduire des bends, de la même manière qu'un vrai bassiste. Ceci dépend bien-sûr du style de musique que vous faites.
Si vous ètes allergiques au clavier, rien ne vous empêche d'utiliser une basse MIDI ou un capteur MIDI pour basse. Enfin, si vous ètes bassiste, vous enregistrerez probablement votre vraie basse en audio.

Pour finir, si vous ne vous sentez pas capable de jouer votre ligne de basse et de faire les bends en même temps, vous pouvez ruser. Vous enregistrez votre ligne, puis vous mettez le séquenceur en mode d'enregistrment "overdub". Ensuite, vous faites tourner en boucle et vous faites vos bends en temps réels sur les notes qui vous intéressent. Il vous suffira ensuite de retoucher tout ça dans l'éditeur liste de votre séquenceur et le tour est joué !

Remonter


4) Section rythmique.

Gardez à l'esprit que le couple basse/batterie est toujours intimement lié. Ainsi, votre programmation de basse se fera le plus souvent en accord avec la ligne de batterie et inversement. Soit parce que la basse reproduira ce que la batterie fera (au niveau des figures rythmiques), soit parce qu'elle jouera en contrepoint de la batterie.

Si vous enregistrez des guitares rythmiques, vous pourrez également leur faire jouer certaines phrases à l'unisson. Mais des phrases courtes et bien choisies. Si vous le faites sur tout un morceau, l'intérêt disparaitra au bout de trente secondes d'écoute.

En fonction du moment où la basse rentrera dans votre compo (je parle du processus de programmation, pas du morceau fini), vous devrez soit ralentir, soit accélérer légèrement le tempo du morceau pour que tout colle parfaitement.
Vous pouvez également tenter cette expérience, qui amène souvent d'excellents résultats : copiez un élément de la batterie sur le canal MIDI correspondant à la basse. Par exemple, la grosse caisse ou le charlé. Un petit coup de transposition vers le bas pour la tessiture et vous allez voir. C'est magique !

Remonter


5) La place de la basse dans la compo.

Il est rare que la basse soit présente sur la totalité d'un morceau (il y a en général des pauses, des "respirations"), mais ce qui est bien avec le MIDI, c'est que vous pouvez tout tenter. Donc, allez-y, mettez en partout et faites quarante versions différentes de la même ligne pendant que vous travaillez sur le morceau. Ensuite, il suffira de ne conserver que ce qui vous semble le meilleur.

Ce qui fonctionne le mieux c'est souvent ce que l'on n'avait pas prévu. Laissez faire le feeling. Des fois, ça fait des miracles. Surtout quand on a l'impression que l'inspiration ne vient pas. Laissez tourner le séquenceur en mode d'enregistrement en boucle et jouez des lignes de basses sans arrêt. Au bout d'un moment, vous allez tomber sur celle que vous vouliez.

Si une ligne samplée sonne très bien, ne vous croyez pas obligé de la traffiquer quand-même. Tournez plutôt autour, quitte à devoir refaire des guitares ou autres (mais en général, quand on enregistre les guitares, la ligne de basse est quasiment définitive). Si vous devez la Pitch Shifter, faites attention à la longueur des notes. Si elles sont trop longue, ça ne marchera pas fort.

Pensez autant aux silences entre les notes qu'aux notes elles-mêmes. C'est capital. D'ailleurs, une pause dans la ligne, de temps à autre, le temps d'un break de batterie, par exemple, permet de faire respirer le morceau. Le retour de la basse n'en sera que meilleur. Si vous ne pouvez vous séparer de la basse, même le temps d'un break, essayez par exemple de transposer à l'octave ou autre chose, pour alléger tout ça.
Evitez les lignes de basses de fou. Essayez de programmer des choses jouables par le commun des mortels ! Et puis, si vous programmez des lignes trop torturées, les autres instruments, et surtout la voix, n'auront plus d'espace. Si vous trouvez une ligne compliquée mais intéressante, dans ce cas, c'est sur le reste qu'il faudra être léger.

Remonter


6) Vive le MIDI.

Les lignes de basses sont, en général, plus ou moins répétitives (comme toutes les parties rythmiques, d'ailleur). Et là, le MIDI (et le séquenceur en général) apporte un plus : les patterns. Il suffit de programmer une fois le même pattern pour le refrain, le même pattern pour les couplets, les ponts....puis de faire des copier/coller. Ensuite, rien ne vous empêche d'introduire des variations subtiles dans les lignes. Attention cependant à ne pas faire jouer des variations à tous les instruments au même moment. Ca casse l'ambiance et la cohérence.

Remonter


7) Pour le son de base en MIDI.

Une fois votre ligne prête, vous pouvez faire tourner votre morceau en boucle tout en changeant le son de basse utilisé. En fonction de la ligne et du style de morceau, vous finirez par trouver LE son qui va bien.

Mais il se peut que, par exemple, vous trouviez ce son fretless trop rond et ce son fingered bass trop sec. Pourquoi ne pas les mélanger ? Il suffit de copier la ligne de basse sur une autre piste MIDI et d'assigner chaque son à chacune des pistes. Ensuite, vous doserez le volume de chaque son afin d'arriver à ce que vous voulez. De la même manière, vous pouvez utiliser deux fois le même son sur deux pistes différentes pour grossir le son. Pensez à décaler un peu (paramètre Delay) l'une des pistes, pour éviter les passages "hors phase" qui bouffent des fréquences et donnent l'inverse de l'effet recherché, à savoir un son tout petit et pauvre en basses.

De même, essayez d'être cohérent dans les sons de basses utilisés. Des guitares saturées seront plus facilement accompagnées par une basse dure et brute, jouée un peu à la barbare ; des violons ou du piano, par une fretless ou une basse ronde.

Remonter


8) Autres travaux sur les sons.

Les basses MIDI ont un côté un peu froid qui ne convient pas à tous les styles de musique. Il existe un tas de moyens pour "réchauffer" ce son.

La première étape consiste à enregistrer la partie de basse MIDI sur une piste audio. Ensuite, on peut faire subir à la piste quasiment tous les outrages. Et en particulier, la passer dans des plug-ins de saturation recréant le son d'amplis à lampes. Ceci ajoutera de la vie à votre son de synthé. Si vous utilisez un expandeur, vous pouvez passer la sortie de ce même expandeur dans un ampli à lampe avant de l'envoyer dans votre mixeur, ce qui lui donnera du grain. On appelle ça "la chauffe".

Pour donner de la consistance au son de votre basse, vous aurez probablement besoin de la passer dans un compresseur. L'effet donnera de l'intelligibilité au son. La compression est un élément indissociable de la basse. Si votre basse reste en MIDI (pas de passage en audio), vous pouvez la compresser artificiellement en gommant les différences de vélocité dans votre éditeur MIDI. Il suffit de donner la même vélocité à toutes les notes d'une tournerie. Attention, j'ai parlé de vélocité, pas de volume, ce qui est bien différent !

Remonter


9) Effets ou pas ?

On peut mettre des effets sur les basses. Mais il s'agira d'effets ciblés et nécessaires au moment. Car trop d'effets brouille tout le mixage. Au bout du compte, vous n'entendrez plus rien du tout. Alors attention.

Ceci dit, un peu de réverb pourra donner un peu d'air à vos basses. Un peu de chorus ou de flanger donnera un peu de mouvement au son.

Un effet intéressant reste la distortion, ou plutôt une fuzzbox, qui chauffe les basses sans détruire un mixage.

Un delay court et calé sur le tempo peut également faire des merveilles.

Enfin, si vous avez trouvé un effet qui tue, ne vous empressez pas de le monter super fort. Au contraire, baissez-le un peu. Il prendra moins de place dans le mix et en fin de compte sera plus discernable (car quand on écoute une chanson, on a tendance à vouloir écouter ce qui ressort le moins, puisque ce qui est mixé fort ne demande pas d'effort !).

Remonter


10) Derniers trucs.

La basse est, avec la rythmique et le chant, l'un des éléments clés d'un morceau. Ne la négligez JAMAIS (et c'est un guitariste qui vous le dit !). Une basse bâclée vous rapellera à l'ordre à chaque écoute du morceau, même si tout le reste sonne énorme. Ne l'oubliez pas !

Attention en égalisant : pas trop de basses, sinon, vous n'entendrez plus la grosse caisse ; pas trop de médium, sinon ce sont les pianos et les guitares qui vont être effacés par la basse. Par contre, un petit coup de boost vers les 100 Hz donne de la chaleur, un autre vers 5 KHz donne du brillant, et en enlevant un peu autour de 400 Hz, on discerne mieux le grave de l'aigu de l'instrument.

Concernant le placement dans le mix : en général, c'est la basse au centre. Mais vous pouvez expérimenter ce qui vous passe par la tête. Par exemple, si vous utilisez deux sons de basses différents, vous pouvez en mettre un à gauche et l'autre à droite.

Dernier conseil : cherchez, expérimentez et ouvrez vos oreilles bien grandes. Ecoutez pleins de styles de musiques différents, et n'hésitez pas à "crouter" des plans et à les décortiquer pour comprendre comment ils marchent. Et puis, faites en profiter les copains ;-)

Haut de page
Ceedjay, le 03-07-2002

Page vue 22112 fois