Rechercher



Yvan Grabit, un Français à Hambourg

Vous êtes ici : Cubase >Actualité
English Version...


Cette interview a été d'abord été réalisée pour le journal Keyboards / Home Studio. Elle est reproduite ici avec leur sympathique autorisation, merci ,o)

Le nom vous est peut être inconnu, mais vous connaissez probablement le travail du garçon. Si je vous dis Nuendo, HALion, The Grand, Plex... Yvan est l'un des programmeurs travaillant chez Steinberg et il m'a semblé intéressant de découvrir qui se cache derrière ces logiciels qui font l'actualité de Keyboards et du monde de l'informatique musicale régulièrement !


Le grand public ne te connaît pas forcément... Tu peux nous résumer ton CV ?

Déjà 33 ans (34 cette année :o(, marié et un petit garçon d´un an et demi. Après une enfance paisible dans le Pays de Gex (un coin coincé entre la montagne du Jura et la Suisse avec Genève), avec vue sur le Mont-Blanc (fantastique surtout au lever et coucher du soleil)... Entre Lycée et Conservatoire, fanfares et groupes de Bal (musette, variété, ...), je me suis retrouvé à Annecy en classe préparatoire, pour finir en école d´ingénieur à Paris à l´ISEP (Institut Supérieur d´Électronique de Paris) avec spécialité Imagerie. Suivi d´une première expérience de 8 mois en Allemagne à Rostock en tant qu´assistant de Professeur en Traitement d´Image, j'atterris de nouveau à Paris dans une boite d´imagerie (Fleximage), en tant qu´ingénieur de Projet, toujours en traitement d´image, pas pour longtemps car cette entreprise se fait racheter par Aérospatiale et me voilà à Cannes pour 3 ans... Vie de rêve... Bureau à 20 mètres de la plage...

Comment un français travaillant dans l'imagerie peut se retrouver à travailler en Allemagne sur de l'Audio chez Steinberg ?

Ce que je n´ai pas encore dit c´est que ma petite amie de l´époque était Allemande... (de même maintenant ma femme...), donc, à l´origine, c´est pour une affaire de coeur que je me suis retrouvé à Hambourg. Là, je suis tombé sur Steinberg. Ils cherchaient des développeurs sous UNIX pour un nouveau produit... Nuendo... C´était en 1997.

Quel est ton rôle chez Steinberg ? Gères-tu un projet de A à Z ou bien as-tu une ou des spécialités que tu appliques sur tous les projets ? Et quels sont les programmes qui portent ta signature ?

Du fait de ma formation scientifique, j´ai pris en main la partie plug-ins VST (intégration, évolution), le traitement audio (DSP, Filtre, EQ, convolution, reconnaissance automatique de tempo et de hauteur de note) et le Surround. Au début, nous n´étions que 3 développeurs sur Nuendo, donc nous nous sommes réparti les tâches en fonction de nos préférences et nos affinités. En parallèle, j´ai développé une librairie gérant l´interface graphique pour les plug-ins VST, portable sur MAC (OS9 et X), SGI (Silicon Graphic), SUN, BeOS et bien sûr Windows. Ce qui m´a permis de rentrer en contact avec le monde VST incluant plus de 300 développeurs au niveau mondial allant de TCWorks, Native, Waves, Universal Audio jusqu´aux étudiants écrivant pour leurs projets d´étude ou par hobby. C´est alors que je me suis mis à écrire aussi des plug-ins : NuendoEQ, SurroundPanner, Chopper, Tranceformer, Metalizer... Puis plus tard de plus gros projets avec Karl (dit Charly) Steinberg : LM4-MkII, The Grand, HALion, Plex, HALion String Player. Donc, comme tu vois, pas le temps de s´ennuyer durant ces 5 dernières années... C´est aussi ce qui m´a plu de suite chez Steinberg, cette possibilité de travailler dans différents domaines, créatifs très enrichissants et très motivants.

L'informatique appliquée à l'audio évolue rapidement. Comment vois-tu son avenir et le marché sur lequel elle évolue ?

Le pari de Steinberg depuis toujours a été de dire : « Nous ne ferons que du natif », c´est à dire de n´utiliser que le CPU de l´ordinateur pour réaliser un studio virtuel, incluant l´arrangement, les effets, le mixage... C´était parier sur l´évolution de la puissance des processeurs... Aujourd'hui avec un PC 3 GHz, par exemple, on peut réaliser des traitements (ou effets) en temps réel qui, il y a seulement 2 ans, étaient restés dans les cartons du fait de leurs gourmandises en CPU... Il n´y pas de raison que cela s´arrête. Si l´on regarde ce qui se passe, il semble que l´on va vers une intégration du monde vidéo dans le monde de l´audio (ou l´inverse ?), avec une meilleur intégration et interaction (Emagic-Apple, Steinberg-Pinnacle). Ces produits permettront de réaliser du simple montage DVD de ses dernières vacances avec une bonne qualité jusqu'aux productions professionnelles de film en passant par la réalisation pour les groupes de musique de clip vidéo à moindre coût, le tout Surround… On verra... Je ne suis pas prophète ;-)

Steinberg s'est souvent aventuré en pionnier sur des plates-formes que d'autres ne considéraient par forcément comme viables ou adaptées (SGI, BeOS etc). Quel est le bilan aujourd'hui ? Windows et Mac OS sont des fatalités ?

Malheureusement, il semble impossible de lutter contre le mammouth Microsoft, même si sur le plan technologique le système BeOS était bien plus avancé, mais la raison du plus fort... Il faut dire aussi que Mac OSX (bien que pas encore assez mûr) est enfin devenu un système propre, plus moderne. Le gros avantage de Windows est le fait de standardiser l´interfaçage entre différents modules (logiciels ou hardware), ainsi le programmeur ne perd pas de temps à tout réécrire, à réinventer la roue. Pour Steinberg, cette aventure SGI et BeOS aura eu certains aspects positif, notamment au niveau de l´écriture de code source plus réfléchi, plus structuré, portable.

Steinberg a quand même l'art de l'innovation et qui plus est un certain talent pour vendre et imposer ces concepts comme des standards (VST, VSTi, ASIO...). Comment expliques-tu cela ?

Comme je l´ai dit précédemment, chez Steinberg une grande flexibilité, donc une liberté de créativité, est laissée à chaque développeur. Il ne faut pas oublier Charly qui est très souvent à l´origine de nouveaux concepts. De plus le fait de travailler sur plusieurs plate-formes, nous a motivés à établir des standards qui nous permettent de mieux nous concentrer sur l´implémentation de nouvelles fonctionnalités. Le succès de ces concepts est qu´ils sont indépendants du type d´ordinateur et que leurs définitions sont volontairement restées simples : écrire un plug-in VST Instrument peut se faire en quelques heures en très peu de lignes de code alors qu´un Dxi demande déjà une certaine expertise...

A ce jour, tout est possible en Audio avec un ordinateur ou bien reste-t-il encore des limites infranchissables ?

Non, tout n´est pas possible... Du moins pas encore... On aura jamais assez de puissance CPU... Dans l'attente de l'ultime processeur 100 GHz ou plus, nous avons la possibilité d´utiliser plusieurs ordinateurs relier entre eux et ainsi de partager les ressources... Ne jeter plus vos anciens PC !! ;o) VST Link (VSL) permet ceci...

Il y a 1 an un ingénieur du son d´un studio en Allemagne travaillant sur un projet Surround m'appelle pour m'annoncer avec enthousiasme qu´il a mixé 140 pistes audio (stéréo et mono mélangées) utilisant 80 Surround Panners, avec un PC dual 1GHz et Nuendo ; ce qui n´est pas mal sachant qu´il n´existe pas de solution hardware (console) qui aurait permis ceci... Ok, on est encore loin des 2000 pistes utilisées pour Titanic.

Comment naît un programme chez Steinberg ? Quel est le parcours que suit l'un de vos logiciels ?

Je dirais que c´est le mélange d´un ensemble d´idées venant de divers horizons ; des développeurs mêmes (95 % étant des musiciens), du marketing qui suit les tendances du marché (incluant les distributeurs comme Steinberg France), des utilisateurs avec qui nous échangeons beaucoup lors des « chats », sur les mailing-lists (les béta-listes, Cubase.net, ainsi que L'Espace Cubase VST avec leurs listes de souhaits...). En interne nous avons des réunions qui permettent de définir les grandes lignes, d´ordonner ces diverses idées qui sont alors approuvées ou corrigées par les grands chefs... Elles sont ensuite réparties et travaillées en plus petit groupe. Tout au long du parcours, il y a un va et vient avec les testeurs (département Qualité) afin d´optimiser l´implémentation des nouveaux concepts. Suivent les phases d´alpha et béta test du produit en utilisant des testeurs externes... Et la distribution...

Il y a quelques semaines, il était annoncé que Pinnacle achetait Steinberg. Quel est ton sentiment à ce sujet ?

Ma première réaction, comme celle de la plupart de mes collègues, a été une légère déception, le sentiment que nous allions perdre notre identité, notre esprit de famille Steinberg, je pense que c´est une réaction normale lorsque l´on se fait racheter. Mais ensuite, j'ai réalisé toutes les opportunités que cela nous offrait au niveau du développement, ainsi qu´une certaine stabilité financière, ce qui n´est pas négligeable dans les temps que nous vivons. Après des réunions avec des représentants de Pinnacle, nous avons vu et compris que ce « mariage » sera très complémentaire alliant l´audio et la vidéo, que Steinberg restera Steinberg et aura toujours les « cartes en mains » en ce qui concerne l´audio.

Je suppose que tu es tenu au secret mais peux-tu nous dire un mot sur tes travaux actuels ?

Je travaille actuellement sur les finitions de la version 2.0 de Nuendo dont la partie Surround ainsi que le moteur VST ont été totalement remaniés, restructurés pour permettre de gérer le Surround comme du mono ou stéréo. En parallèle je travaille sur un update de HALion.

Quand un logiciel Steinberg est mis sur le marché, il est en général « cracké » dans les 48 heures qui suivent ? Comment vis-tu ceci ? Penses qu'il faille renforcer les protections à tout prix ou bien que, par exemple, la notion de service est la seule qui puisse donner à quelqu'un l'envie d'acheter un logiciel qu'il peut de toute façon trouver facilement et gratuitement sur le Net ?

Là, on touche un point sensible, un éternel débat. Il est sûr que les créateurs de logiciels perdent énormément d´argent du fait du piratage. Les ventes de Cubase SX, par exemple, sont tombées de 20 à 30% du jour où il y a eu une version « crackée ». Le piratage existera toujours, mais il faudrait faire comprendre aux utilisateurs de versions crackées, je parle de ceux qui utilisent vraiment ces logiciels, que l´amélioration de la qualité et l´évolution des produits ne viennent pas de l´air du temps, qu´il y a derrière des tas de gens qui y travaillent et en vivent. C´est cette prise de conscience qu´il faudrait promouvoir, surtout en France où le piratage est très présent. En attendant pour pouvoir « survivre », nous n´avons pas d´autres choix que de protéger les logiciels en comptant sur le laps de temps entre le début des ventes et la première version pirate. Ceci n´empêche en aucun cas de développer et d'élargir la notion de service accessible aux seuls vrais utilisateurs, comme y contribue certaines mailing- lists en limitant leurs accès aux personnes ayant enregistré leurs logiciels (NDLR : c'est la cas de la ML Cubase-fr de l'Espace Cubase VST).

Aujourd'hui, peut-être plus en France qu'ailleurs, le différence entre Cubase SX et Nuendo n'est pas claire pour tout le monde. Nuendo 2.0, avec entre autres les éditeurs Midi de SX ne va pas forcément éclaircir les choses pour le commun des mortels. Quelles sont selon toi les réelles différences ?

Cubase et Nuendo partagent un ensemble de fonctionnalités du type ASIO, VST, moteur Midi et Audio, éditeurs, mais pour répondre à toutes les demandes des différents mondes de la production musicale, nous avons décidé de cibler chaque produit. Nuendo se veut un produit orienté post-production, broadcast et sound design (peut être plus le monde de l´ingénieur du son) incluant des spécificités liées à ce domaine (film, Surround, format, synchronisation...), alors que Cubase se veut plus orienté musicien pour la composition et la production avec une grande part liée à la créativité musicale.

Cubase SX est sorti maintenant il y a quelques mois. Ce produit peut-il être considéré comme figé ou est-il appelé à beaucoup évoluer ?

Il va évoluer, pour sûr, les prochaines versions incluront de nouvelles fonctionnalités dédiées aux musiciens ainsi que des améliorations de celles déjà présentes. Une prochaine version ne devrait pas tarder...

Quel est ton regard envers la concurrence. Tu surveilles de près ce qui se fait ailleurs ou bien préfères-tu ignorer cette concurrence pour ne pas fausser la vision que tu as de ton travail ? Je pose ma question autrement : tu piques souvent des idées « en face » ?!

Naturellement, nous lisons la presse, participons au salon en regardant ce que fait la concurrence, nous achetons mêmes leurs produits ! C'est tout l'art de la création et du développement que de s´inspirer de ce qui existe, de prendre ce qui est bien, de l´améliorer si possible et de le fusionner avec nos propres idées et concepts. D´ailleurs, certaines requêtes d´utilisateurs sont du type : « un copain utilise le logiciel X de Y et il peut faire ceci avec cela, ça serait bien si je pouvais faire aussi le même chose, mais comme cela... ». La réciproque est aussi vraie, beaucoup d´idées et d´innovations de Steinberg se retrouvent chez la concurrence par le biais de standard de facto (VST, ASIO,...).

La question par laquelle j'aurais dû commencer : es-tu musicien ? Il me semble avoir lu qui tu étais ou avais été batteur...

Et oui, batteur... Bien que j´ai commencé par la guitare classique alors que ma grand-mère voulait absolument me voir jouer de l´accordéon. J´ai fait plusieurs années de conservatoire à Genève en percussions, notamment avec le vibraphone. Mais actuellement je joue de la batterie dans un groupe allemand à Hambourg : « Piroschka Superstar »... Et notre chanteuse chante en Français ! Nous essayons de participer au rapprochement Franco-Allemand en promouvant la langue Française dans le nord de l´Allemagne... Il faut dire que c´est plutôt facile, les Allemandes craquent quand elles entendent l´accent Français ;o)

On va finir par une question un peu plus personnelle : tu n'as pas trop le mal du pays ?

Hambourg est une ville très internationale (il y a environ 6000 Français), très ouverte sur le monde au niveau culturel, très verte avec son mini lac au centre ville, il y a même plus de ponts (2400) qu´à Venise. Nous sommes a 150 km du Danemark, 80 km de la mer de l´Est et 80 km de la mer du Nord. Ajoutez le fait de travailler chez Steinberg, cela fait que je n´ai pas vraiment le temps d´avoir le mal du pays. Ok, ça arrive parfois quand le temps est gris et qu´il fait –15 degrés et que je pense à la Côte d´Azur...

Merci Yvan pour le temps que tu nous as accordé...

Un p'tit tour chez Yvan ?

Haut de page
Pascal VALENTIN, le 16-05-2003

Page vue 12699 fois