Rechercher



Guitariste.com : l'album Cubasien

Vous êtes ici : Cubase >Actualité


Voilà une aventure musicale, technologique et humaine assez étonnante et qui mérite qu'on s'y arrête un instant. Nino Borgotta a eu l'étrange idée de réunir une pléiade de guitaristes sur un album collectif, le tout réalisé principalement via Internet. Le fait que le tout ait été réalisé sur Cubase nous donne un bon prétexte pour un peu de copinage...


Espace Cubase : avant toute chose, tu nous racontes un peu ta vie, ton parcours, ton œuvre, tes mensurations, tout ça ?

Nino : et bien je suis une jeune fille fraîche et très dévouée. J'aime particulièrement les garçons qui utilisent leur gros nordinateur pour faire de la musique ! Le dimanche quand ma mère est sortie et que je me retrouve toute seule j'adore jouer avec le dongle de Cubase. Il clignote c'est top ! Bon un peu de sérieux...

J'ai une formation de comédien mais c'est dans la musique et particulièrement la chanson que je travaille en tant qu'auteur-compositeur-interprète et je joue aussi de la guitare. J'ai fait de la scène pendant de nombreuses années en tant que chanteur ou guitariste en solo ou accompagnateur d'artistes connus ou inconnus, j'ai écrit pas mal de chansons et des spectacles musicaux où se mêlaient souvent chansons et comédie.

Aujourd'hui j'ai décidé d'arrêter d'aller faire le clown sur scène et de me consacrer au travail du son dans mon studio. Je suis donc passé du coté obscur de la console.

Je collabore également au magazine Guitare-live où je m'occupe de la rubrique home-studio et j'ai aussi rédigé des articles pour l'ordinateur individuel dans la rubrique multi-média.

Espace Cubase : donc, voici un album de guitare entièrement autoproduit et vendu uniquement sur le site Guitariste.com. Je veux tout savoir : comment t’es venue l’idée, comment as-tu pu penser que c’était finalement réalisable, avec qui fallait-il coucher pour avoir son nom sur la pochette, etc. ?

Nino : l'idée première ne vient pas de moi, figures toi, mais d'un des membres du site ( Didier Boenele ) qui officie sous le pseudo « Stratocaster » et qui a posté un jour ce message sur un forum : "Le premier album-concept Guitariste.com. La première compilation réunissant une horde de gratteux qui ne se sont (officiellement) jamais rencontrés ailleurs que sur le web et qui pourtant réalisent ensemble un album de guitare sans mettre les pieds hors de chez eux. Vous voyez où je veux en venir ?", Stratocaster, le 20 décembre 2003.

Tout est parti de là. Il faut savoir que sur une partie du site, il y a une section « défi » où chacun peut venir proposer une improvisation sur un play-back imposé. Ce concept a démarré d'une manière très bon enfant et petit à petit le nombre de participants a grandi. La technique et la musicalité des guitaristes a atteint aujourd'hui un niveau vraiment terrible et les amateurs côtoient les pros.

Donc le staff a décidé de selectionner parmis les membres virils de la section « défi » la dream team en quelque sorte. J'ai simplement reçu un mail un jour qui me disait que j'étais sélectionné parmis les 15 guitaristes préssentis pour participer à cet album. Ensuite a été décidé d'un commun accord que je m'occuperai du son. Je suis rentré à fond dans le projet et dès la première seconde j'avais le schéma de travail dans la tête et même si j'étais concient que ça n'allait pas être de tout repos, j'étais confiant quand à la réussite du projet.

Espace Cubase : comment était organisé ton travail et celui des autres ?

Nino : Guitariste.com a mis à notre disposition un espace privé pour pouvoir communiquer entre nous. Le fameux forum du cd concept dont personne n'a entendu parlé mais sur lequel il s'en est passé des vertes et des pas mûres, je peux te le dire ! Une fois l'équipe constituée, on a commencé à composer chacun de notre coté et à proposer ses idées. Les premières maquettes réalisées, on a organisé un système de vote qui, sur une liste d'une quinzaine de titres, retenait entre un et trois morceaux. Cela a duré plusieurs mois avant d'arriver à constituer la playlist finale qui est sur l'album. Quand un titre était choisi, le vrai travail artistique ( arrangement, écriture de paroles pour les chansons, choix des intervenants ) pouvait commencer puis les premiers échanges de fichiers se faisaient.

Donc j'avais écrit quelques règles pour l'échange des fichiers en précisant la fréquence d'échantillonnage, le bitrate, le calage etc. On a utilisé du ogg pour tout ce qui n'était encore que des idées et pour les prises définitives, on a travaillé principalement en 24bits/44.1 Khz.

Une petite interface de téléchargement a été développée pour les petits fichiers de travail et sinon tous les moyens ont été bons ! Les mails, MSN, les FTP persos et en dernier lieu la poste.

Espace Cubase : Internet a donc été le lien entre vous tous. Mais dis voir, tu as pompé sur l’@telier, copieuse !

Nino : bien évidement quand l'idée de ce CD a vu le jour, j'ai inévitablement pensé à l'@telier. Je dois dire d'ailleurs que d'y avoir fait mes classes plusieurs années auparavant me donnait des cartes que d'autres n'avaient pas et cette expérience a été un gain de temps pour moi car je connaissais déjà les pièges à éviter. Notamment celui de s'échanger des mp3 et les problèmes de calages qui vont avec dans Cubase !

Je crois qu'il est important de rappeler que l'Espace-Cubase a été précurseur en la matière et à ma connaissance, a été le premier à tenter ce genre d'échange via le net et c'était déjà au siècle dernier... (Note du couillon qui met en page : c'était avant même le défunt Rocket NetMachin). Donc chapeau ! Là, on a simplement été beaucoup plus loin grâce aussi aux progrès technologiques et l'étendue des bandes passantes car faire passer du wav 24bit en rtc sur un album entier... euh bon.

Espace Cubase : y a-t-il eu un moment où tu t’es dit, « nan, je vais dans le mur là, j’y arriverai jamais » ?

Nino : disons que j'ai plutôt pris le mur 2 ou 3 fois directement dans la gueule et ensuite après m'être posé des pansements, je me suis posé la question ;-D

Je n'ai jamais baissé les bras mais il y a eu de grands moments de fatigue et de découragement. Imagine une bande de 15 guitaristes héros qui se retrouvent avec les égos démesurés, les susceptibilités, l'ambiguïté de la communication par forum, les mauvaises interprétations et autres malentendus que ça peut engendrer... A un moment donné, ça a tourné règlement de comptes à Ok Corral ! Y'a eu quelques menaces de » Ta voir ta gueule à la récré », des gens qui ont quitté le projet en cours de route etc. Enfin bref ! Comme d'hab quoi ;-) Ce qui a été le plus dur pour moi, c'est de rester concentré sur un mixage quand j'attendais parfois plusieurs jours, voire des semaines une nouvelle prise ou une modif quelconque. Il fallait alors reprendre le travail et retrouver la même énergie.

Et aussi je suis quelqu'un qui doute beaucoup et je me suis demandé plusieurs fois si j'étais bien à la hauteur de nos ambitions !

Espace Cubase : compositeur, arrangeur, chanteur, guitariste, preneur de son, ingé-son, manager, producteur, responsable de la machine à café, chaque étape est un métier à part entière. Comment prétendre passer d’un rôle à l’autre sans prendre le risque qu’à vouloir tout faire, on fait finalement tout moyennement ?

Nino : avant toute chose, il est important de préciser que je ne suis pas seul dans cette aventure. La production financière pour le pressage et le mastering a été assuré par Audio Print qui est la société qui gère les sites Guitariste.com et Guitare-live.com. Sans eux et les deux passionnés que sont : Laurent Pouliquen, le créateur du site et Didier Castelnau le rédacteur en chef, rien n'aurait été possible. Ensuite chaque participant a posé sa pierre à l'édifice.

Ca n'a pas été un choix délibéré de faire mille choses mais je crois que c'est l'époque qui oblige à se diversifier et à acquérir d'autres compétences. C'est presque un passage obligé, mais dans l'absolu je ne suis pas très chaud de mon coté pour tout faire tout seul. Autant ça te laisse une liberté assez grande, ce qui te permet d'organiser ton travail comme bon te semble et autant ça te prive aussi de meilleures compétences que les tiennes dans certains secteurs et d'autres regards que le tien. Il faut faire attention à l'enfermement ! Mais en l'occurence, vu que nous n'avions aucun moyen financier il n'y avait pas d'autre solution viable et il fallait bien qu'un barjo quelconque accepte cette montagne de boulot... Je me demande bien pourquoi c'est tombé sur moi tiens ;-)

Sinon tout le monde a travaillé gratuitement y compris les invités prestigieux tels Jean Michel Kajdan, Chistophe Godin ou Sébastien Chouard. J'ai assuré de mon coté en dehors de mon rôle de guitariste/compositeur/chanteur la réalisation artistique, principalement le son de l'album et la coordination générale entre les participants. C'est à dire le bon fonctionnement des échanges de fichiers. Rien que cette phrase pour te donner une idée, c'est environ trois ou quatre mille messages sur le forum ! Chaque piste a été écoutée, discutée, parfois recommencée plusieurs fois et naturellement ce qui aurait pris quelques minutes en studio en face à face avec le musicien, a parfois pris des semaines avant d'obtenir un résultat correct.

Les guitaristes sont tous très bons mais si certains sont aguerris aux exigences de la MAO, d'autres ont moins d'expériences et le matériel utilisés passait de bonnes cartes son comme MOTU ou RME à Isis première génération ou Sound Blaster... Inutile de te dire que j'ai dû faire quelques nettoyages et remonter quelques gains sur beaucoup de pistes !

On a eu le droit aussi sur 2 titres à : « Mince j'ai eu un crash de disque dur et j'ai tout perdu ! » Et t'avais rien sauvegardé ? « Bah non ! » Arf ! Tu vois, ça a pris 2 ans mais finalement c'est assez rapide quand tu penses à toutes ces péripéties.

Espace Cubase : on imagine justement que tu as appris énormément en deux ans de dur labeur. Quels points faibles chez toi as-tu pu combler ?

Nino : elle est nase ta question. Je suis au top, tout le monde le sait. Je n'ai aucun point faible voyons ! Euh finalement, en y réfléchissant... huhu !

J'ai beaucoup utilisé l'éditeur d'échantillons, bidule bizarre, que je n'ouvrais quasiment jamais avant car pour mon travail perso j'avais tendance à refaire une prise entièrement si elle ne me satisfaisait pas. Aujourd'hui, il m'arrive d'aller plus vite pour enlever des sifflantes sur une voix par ex en allant bricoler directement la forme d'onde plutôt que de mettre un plug en insert sur la piste. A force on arrive à reconnaître les différentes syllabes donc tu vois tout de suite quand un « s » est trop prononcé et une simple réduction de gain au bon endroit est souvent très efficace.

J'ai aussi appris à changer mes habitudes en me mettant au services des différents compositeurs, en me forçant à ne pas laisser passer mon propre goût en avant. Éviter au maximum de ne pas laisser parler son orgueil tout en défendant son point de vue et tenter de trouver le compromis idéal...

Espace Cubase : si cet album est bien sûr une formidable aventure humaine, c’est aussi une belle aventure technologique. Quelle a été la proportion hard/software ? Quels outils as-tu utilisé ?

Nino : environ 50/50 entre le hard et le soft. En hardware le préampli Avalon vt737 a beaucoup travaillé pour la compression et les eq des guitares solos ainsi que la console analogique Midas Venice 320 qui m'ont bien réchauffés certaines prises de guitare effectuées avec de la modélisation genre POD ou même V-Amp. On entend beaucoup les délais et réverbs du TC M3000 également et j'ai utilisé aussi pour quelques instruments un Kurzweil et un Roland XV 5080.

Pour la partie soft, la réverb SIR avec des samples de Lexicon et Eventide principalement ce qui me donnait une autre couleur que mon TC. Le double délai de Cubase, celui de la Lexicon PSP42, la RoomWork et la naturalVerb ont aussi été employées par çi par là. J'ai de temps en temps utilisé des effets un peu plus spéciaux comme le Step filter qui m'a servi pour simuler une espèce de fausse wha wha ! Vu que c'était sur un faux Dobro enregistré avec une Variax qui avait un son de banjo, j'étais cohérent ;-)

Espace Cubase : il ne t’aura pas échappé qu’ici, on aime bien Cubase ! Alors, Ze question : Cubase, jouet pour petit garçon ou bien réel outil professionnel ?

Nino : franchement ceux qui considèrent encore Cubase comme un jouet ne doivent pas bien le connaître et c'est pas à toi que je vais apprendre qu'on découvre encore des possibilités cachées régulièrement même après des mois et des années de pratique. Bien entendu il reste encore des choses à améliorer ! Il vaut mieux avoir sa petite collection de plug-in par exemple car ceux en natif ne sont pas toujours excellents. J'entends beaucoup de plaintes sur le score notamment... M'enfin moi cette partie-là du logiciel, je ne sais même pas où elle se trouve :-D

En tous cas, il est impossible d'accuser Cubase d'avoir soit raté un mixage soit de sortir un mauvais son ! Tout ça c'est du pipeau autant que la bataille MAC/PC. Y'a 10 ans je veux bien mais aujourd'hui franchement c'est top et si ce qui sort est nase, c'est que ce qui a été rentré l'est aussi...

Espace Cubase : quel ont été les points forts et les points faibles de Cubase pour la réalisation de ce projet ?

Nino : Mauvaise gestion des pistes de groupes. Quand tu as eu le malheur de ne pas créer assez de groupes à l'avance tu ne peux pas intervertir leur place dans la console, du coup sur des projets lourds comme j'en ai eu avec des 200 pistes et des brouettes, ça te fait faire des manips inutiles sans arrêt. Le pire cauchemard, ça a été ces décalages incompréhensibles entre le midi et l'audio qui semblaient intervenir différemment suivant les configurations, et même à l'intérieur d'une même configuration étaient aléatoires ! Je dis étaient parce que ce bug est corrigé à présent mais je me suis tapé des recalages de toutes les pistes à la main sur 2 morceaux complets sur l'album et j'ai légèrement maudit Steinberg à ces moments là...

Pour les points forts, j'ai apprécié la possibilité d'ouvrir plusieurs projets en même temps et de passer de l'un à l'autre en un clic de souris pour comparer différents avancements d'un mixage. L'automation est devenue très fonctionnelle et c'est un régal ! En plus, j'ai commencé les premières pistes du CD sur VST et là y'a pas photo. Bon et puis mis à part ce bug énervant de décalage, je n'ai pas eu le moindre soucis et ni XP ni Cubase n'a planté une seule fois. Ca c'était pas le cas y'a quelques années donc stabilité OS/Soft impeccable.

Espace Cubase : je suppose que tu as reçu des fichier issus d’un tas de plates-formes différentes, pas trop de soucis de compatibilité ?

Nino : non quasiment aucun ! Et pourtant, y'avait vraiment de tout : Sonar3, Cool edit pro 2000, Samplitude, Logic, VST 32, Nuendo et SX naturellement. Ca fait une belle panoplie de ce qui se fait sur le marché ! Bizarrement pas de Protools... Faut dire que tout le monde était sur PC.

Bon j'avais assuré le coup en demandant que les pistes soient calées en début de morceau et ce quelque soit le point de départ. C'est sur que ça donne des projets plus lourds mais ça enlève aussi beaucoup de possibilités d'erreurs ! Je ne suis pas mécontent de cette stratégie qui peut sembler bourrine mais est surtout compréhensible par tous et s'est avérée efficace.

Espace Cubase : quel est le rôle des VSTi dans tout ce bordel ? Quels instruments virtuels ont eu le plus de mal à être crédibles ? J’ai entendu des batteries, un peu, heu, un peu quoi !

Nino : un peu quoi ? Arf ! Les batteries tout un poème ! C'était un des secteurs les plus difficiles à gérer et je t'explique pourquoi.

Sur certains titres, on a eu de vrais batteurs et donc des vraies batteries, plus sympa que de la progra, bien plus vivant bien sur mais parfois les prises étaient bonnes et d'autres disons perfectibles pour employer un doux euphémisme ;-)

Dans un des morceaux par ex quand tu ouvrais la piste de caisse claire t'entendais très bien toute la batterie et le charley carrément aussi fort que la caisse claire elle-même ! Les toms saturaient à moitié etc. Je te laisse imaginer la difficulté du mixage...

Ensuite y' a tous les autres titres qui eux ont été programmés en midi mais par des gens différents donc chacun sa vision du groove. Après au mix, moi je n'ai pas voulu jouer les dictateurs et j'ai essayé de respecter au maximum l'idée qu'avait le compositeur de son morceau donc je faisais des prémixs un peu à mon idée et puis on discutait de l'orientation finale. Donc forcément, le goût de chacun rentrant en jeu; c'est pas simple car des gens aiment les sons larges, d'autres les sons fins, certains aiment quand ça joue bordélique d'autres au contraire aiment le coté robotique etc. Tu vois à chaque fois, ça a été un dilemne pour moi. Même quand je n'aimais pas trop l'orientation prise, je travaillais tout de même dans ce sens. Pas simple, je te le dis ! Alors en fait les sons qui ne te plaisent pas, sache qu'ils plaisent à d'autres et qu'ils ne sont pas là par hasard ;-)

Les VSTi ont eu un rôle important bien sur. Moi qui suis tout de même encore un amoureux du hardware, des lampes et de l'analogique je suis quand même bien conscient qu'on arrive a une qualité et un choix vraiment étonnant à notre époque qui facilite bien la réalisation.

Ont été utilisés, liste non exhaustive : Battery, RMIV de Linnplug, Sampletank, Halion, Super quartet et Hyper canvas, Hypersonic, Le B4, EXSP24 et EVP73 de chez Emagic et euh j'en oublie certainement !

Espace Cubase : vu le casting à la G3, je suppose que la même chose sur scène n’est qu’un rêve ?

Nino : un rêve, je sais pas. En tout cas question organisation ça pourrait vite tourner au cauchemard car si via un mail ou un logiciel de vidéo conférence on peut communiquer quasi instantanément dans le monde entier il faut savoir que dans la vraie vie la téléportation des cellules style cosmos 99, c'est pas encore au point !

Vu que l'équipe est disséminée un peu partout en France et même en Belgique, va déjà falloir trouver un endroit pour répéter ! Entre Bruxelles et Marseille ça fait un bon bout de chemin s'il faut rentrer tous les soir pour aller torcher les mômes en bas âge :-D

Nan mais oui ça serait fabuleux mais qui s'en occupe et qui mets les fonds ? T'as pas 1€ toi ? Bah ça fera déjà ça, merci ;-)

Espace Cubase : deux questions en une seule, trop fort je sais, cet album sera-t-il présenté à un label ou bien est-il au contraire un bras d’honneur à l’industrie du disque ?

Nino : non, pourquoi un bras d'honneur ? La problématique est simple. Si on ne le fait pas nous même, personne ne le fera pour nous !

En écoutant l'album, on se rend compte que les inconnus qui jouent sur ce disque n'ont pas à rougir ni à souffrir de la comparaison avec les stars. C'est aussi une belle promotion pour tous ces gens. C'est vrai qu'il y a un réel problème en ce moment du coté des maisons de disque qui ne semblent pas vouloir produire en masse c'est le moins qu'on puisse dire...

Ca bouge beaucoup en ce moment avec le P2P et la discussion sur la licence globale et ça leur donne une raison de plus pour qu'elles restent frileuses. De plus, on ne peut pas dire qu'en France un disque de musiciens soit vendeur ! C'est certainement une question de culture aussi.

Maintenant pour être franc, si j'avais été payé à l'heure pour mon boulot par une major, j'aurais pris pas mal de blé ! Alors si on nous propose quelque chose, on en discutera entre nous mais je ne vois pas l'intérêt pour ma part de refuser une offre si elle est sensée.

En tous cas pour l'instant nous avons décidé de vendre cet album uniquement via le net car c'est dans la continuité de tout le travail réalisé avant. Dans quelques temps, nous verrons et il n'est pas impossible d'utiliser d'autres vecteurs.

Tiens paf ! A l'instant même où je te réponds le téléphone vient de sonner et c'est Valli l'animatrice de l'émission « Système disque » sur France inter qui m'appelle pour me proposer une interview ! Bon ben voilà c'était pas prévu, j'accepte bien entendu et on ne sait pas où ça peut nous mener tout ça. Personnellement je reste ouvert en tous cas ;-)

Espace Cubase : si demain l’occasion se présentait, tu te relancerais dans un projet de la même envergure ? Et si oui, que changerais-tu dans la démarche ?

Nino : j'aimerais qu'il y ait un petit comité, disons de deux ou trois personnes qui pourraient intervenir en cas de litige entre les participants et qui prendraient les décisions en dernier recours quand un accord est impossible. Une sorte de comité à la fois médiateur et directeur artistique. Sûr que ce n'est pas facile de trouver ce genre de personnes car elles doivent posséder à la fois des compétences musicales, techniques, avoir l'esprit large, être en même temps le plus objectif possible histoire de ne pas créer de clans à l'intérieur de l'équipe et aussi qu'elles aient une vue sur l'ensemble du projet pour prendre les bonnes décisions.

Espace Cubase : un peu de stats : combien de litres de café ingurgités, crayons et papier usés, disques durs remplacés, nombre d'assiettes de spaghettis au thon et de pizzas avalées, litres de coca etc.

Nino : sérieusement j'ai dû racheter 2 disques durs et de la RAM. Régulièrement je faisais le ménage de fichiers temporaires et en moyenne je virais dans les 60 Go inutiles. T'imagines le beens dans mon ordi !

Pas mal de nuit passées sans dormir en tous cas. Sinon j'aime pas trop le thon avec les pâtes et je préfère le Chianti au coca. Chacun a le droit d'avoir ses mauvais goûts hein ;-)

Espace Cubase : ton chapeau a-t-il été de bon conseil ?

Nino : il n'a pas fait d'ombre au projet en tous cas et m'a abrité de certaines tempêtes de la boîte crânienne.

Espace Cubase : dernière question : il est quelle heure ?

Nino : je ne sais pas ça change tout le temps...


Pour en savoir plus, il suffit de cliquer ici

...

Haut de page
Ze Team, le 21-02-2006

Page vue 16103 fois