Rechercher



Bien choisir sa RAM

Vous êtes ici : Matériel / OS >PC


La mémoire vive est une composante essentielle dans une configuration. Un mauvais choix ou une quantité insuffisante va brider les performances de votre machine et risquer de créer de l'instabilité, l'ennemi juré d'une station de travail MAO.

La DDR-SDRAM est devenu le standard des machines actuelles. Vous l'aurez remarqué, les dénominations sont de plus en plus nombreuses et on peut s'y perdre un peu. A partir de définition et d'articles spécialisés cités en bas de page, nous allons essayer de mieux comprendre les différentes caractéristiques de la mémoire vive afin de faire le bon choix.

Sommaire:


Principes de bases et définition de la DDR-SDRAM

 

Une mémoire vive (RAM, Random Access Memory) se caractérise par le fait qu'elle oublie toutes les informations qu'elle a emmagasinées dès qu'elle n'est plus alimentée en courant électrique. A contrario, la mémoire morte (ROM, Read Only Memory) «imprime» les informations et les garde même si elle n'est plus traversée par du courant. Ce sont de petites quantités de mémoire que l'on retrouve notamment sur la carte mère pour garder les informations du BIOS (mini «système d'exploitation» de base d'un ordinateur).

Une information (un bit) «mémorisée» est le passage (le 1) ou le non passage (le 0) d'un courant électrique à travers un élément électronique (la mémoire) qui doit se souvenir s'il a été traversé ou non par du courant. L'émission d'une information par un processeur (0 ou 1) se fait à intervalles réguliers c'est à dire qu'elle est rythmée par une horloge. A chaque top de cette horloge, on a du courant ou pas de courant. Ce principe permet l'écriture de mots de plusieurs bits. Malgré toute la complexité d'un ordinateur, on s'aperçoit que le principe de fonctionnement est vraiment très simple, très binaire ;-)

La mémoire est contrôlé par le Chipset de la carte mère. Le Chipset est un «jeux de puces» qui va coordonner et transporter toutes les informations à travers le système. Il est généralement composé de deux puces : le NorthBridge et le SouthBridge. La mémoire est contrôlé par le NorthBridge. Les informations entre le NorthBridge et le processeur circulent sur un bus de communication, appelé bus mémoire. Le bus système ou FSB (Front Side Bus) qui inclut ce bus mémoire, est le canal de communication qui va transporter toutes les informations à travers tous les éléments de l'ordinateur. Il se caractérise par le nombre de bits qu'il transporte à chaque top d'une horloge et par la fréquence de ce top par seconde (MegaHertz). L'horloge est tout simplement un petit Quartz qui lorsqu'il est excité par un courant électrique se met à vibrer. A chaque vibration correspond un top d'horloge (ou impulsion). Cette horloge qui se trouve généralement sur la carte mère, rythmera le fonctionnement du processeur et du chipset.

La DDR-SDRAM est l'abréviation de Double Data Rate - Synchronous Dynamic Random Access Memory. Ca vous parle, n'est-il pas? Peut être en français? Alors, cela nous fait: Mémoire Synchrone Dynamique à Accès Aléatoire à Double Taux de Transfert de Données. Mouais... Pas évident non plus.

Synchronous renvoi à la notion de transfert de données synchrone entre le processeur et la mémoire. En clair, les informations (bits) circulent sur un bus de communication à chaque top d'une horloge. La fréquence de ce top est la même pour le CPU, le chipset et donc la RAM. Ce synchronisme permet d'éviter les temps d'attente lors des transferts de données entre la mémoire et le CPU qui sont inévitables si chaque élément possède sa propre fréquence d'horloge (mode asynchrone). En gros, on peut dire que le processeur sait quand l'information dont il a besoin va arriver puisque la fréquence du transfert des données est régulière. En attendant la réponse, il peut demander ou générer une autre information.

Le mot Dynamic la différencie des mémoires statiques, comme la SRAM qui sont des mémoires très rapides, utilisées comme mémoire cache des microprocesseurs. Pour mieux comprendre, une puce de DRAM est constituée de millions de condensateur/transistors qui sont sensés garder la trace d'une information qu'ils ont reçue à chaque top (1 ou 0, plus précisément «courant» ou «pas courant»). Pour garder cette information, il faut que tous ces condensateurs/transistors soient «rafraîchis» très régulièrement. C'est à dire, il faut leur rappeler constamment l'information qu'ils doivent stocker sinon ils «l'oublient» très rapidement. Pour les mémoires statiques, il n'y a très peu de rafraîchissement, elle est donc beaucoup plus rapide mais elles oublient très vite l'information. 

Double Data Rate est une technologie qui permet de doubler le transfert d'information (paquet de 64 bits) de la SDRAM à chaque top de l'horloge. L'Accès Aléatoire (Random Access) signifie en réalité que n'importe quelle partie de la mémoire est accessible.

Sur le plan technique, les puces de DRAM les plus courantes sont constituées de 4 grilles (banks), elles-même constituées de milliers de lignes (raw) et de colonnes (col). Dans chaque «case» se trouve en général 16 transistors/condensateurs (soit 16 bits) qui vont recevoir et distribuer les informations à la demande du CPU (ou de la puce graphique, de la puce sonore...). Ensuite, on assemble plusieurs puces de DRAM sur une plaque de circuit imprimé (PCB) et on obtient une barrette. Suivant la plaque, on aura différentes connectiques: DIMM, SO-DIMM...

L'accès à la mémoire, en écriture ou en lecture, se traduit par l'envoi du processeur à la RAM des «coordonnées» (N° de grille, de ligne et de colonne) où va résider (ou réside) l'information dans la DRAM. La réception et le traitement de la demande induit des temps de latence pour l'accès à la RAM. Les indices de latence (les timings) sont modifiables dans le BIOS. Ils sont généralement au nombre de quatre: le «CAS Latency», le «RAS to CAS Delay», le «RAS Precharge Time» et le «RAS Active Time». On peut choisir des timings dits «agressifs» pour diminuer la latence et donc augmenter les performances d'un système. Mais ceci n'est possible que sur des mémoires haut de gamme sinon l'instabilité sera de mise. Les différents constructeurs indiquent les valeurs de timings optimales pour un parfait fonctionnement de leur mémoire.

Le débit maximal d'information de la DDR-SDRAM classique se caractérise par le transfert de 64 bits, deux fois (Double Data Rate) par cycle d'horloge (Hz). Sur une fréquence de 200 MHz, le débit maximal d'information de la mémoire est de : 64 x 2 x 200 MHz soit 25 600 Mégabits/sec. Étant donné qu'un octet est égal à 8 bits, cela nous donne un débit de 3,2 Go/sec.

La dénomination de la DDR-SDRAM correspond à une fréquence maximale à laquelle elle est prévue de fonctionner. Voir tableau ci-dessous.

La mémoire Registered et l'ECC:

La mémoire DDR-SDRAM Registered est un module de DDR sur lequel on a rajouté des puces appelées «registres» et une puce PLL (Phase Locking Loop). Grossièrement, ce système de registre facilite la communication entre la mémoire et le chipset (plus précisément, le NorthBridge). En fait, l'accès aux différentes puces mémoire qui composent une barrette ne se fait pas directement mais passe par ces registres. Ces derniers s'occupent de l'accès aux puces DRAM. L'avantage est réel lors de l'utilisation de beaucoup de RAM. En effet, plus il y a de puces mémoires plus les échanges sont difficiles à gérer. Le Northbridge ne s'adresse alors qu'à ces «registres», au nombre de 2 par barrettes en général, plutôt qu'aux nombreuses puces. De plus, pour des raisons électriques, il existe un nombre limite de puces utilisables sur les chipsets qui utilisent de le RAM classique (64 en général). La mémoire Registered repousse cette limite car le chipset ne gère que les registres et les puces PLL.
La puce PLL synchronise la fréquence d'horloge de la mémoire par rapport à celle du bus système. En effet, la mémoire Registered possède sa propre fréquence d'horloge interne et cette puce va synchroniser le signal entre les registres, les puces mémoires et le chipset (le NorthBridge).

L'ECC est un système de correction d'erreurs. Il arrive que la mémoire fasse des erreurs. En moyenne, d'après certaines études scientifiques, sur un ordinateur allumé 24 heures sur 24, la mémoire ferait entre 1 erreur par mois et 2 erreurs par an. Le principe est relativement simple, on ajoute 8 bits sur chaque paquet d'informations de 64 bits. Ces 8 bits supplémentaires servent à vérifier s'il y a des erreurs sur les 64 bits transférés. Un nouveau système de correction d'erreur, l'ECC «ChipKill» permet de corriger encore plus d'erreurs par paquets d'informations qui est limité à une erreur par paquet de 64 bits sur l'ECC classique.

[sommaire]


Quelle fréquence DDR-SDRAM choisir pour mon ordinateur ?

 

A en lire les définitions ci-dessus, on serait tenté de dire que la DDR-SDRAM doit avoir une fréquence d'horloge synchrone à celle du fonctionnement de la carte mère (FSB). Mais certaines carte mères proposent des modes asynchrones. C'est le couple processeur/carte-mère qui va déterminer la fréquence du FSB. Suivant cette fréquence, on choisira telle ou telle mémoire, ou bien, telle ou telle fréquence de fonctionnement pour la DDR. Les processeurs actuels fonctionnent à une fréquence de 100, 133, 166 ou 200 MHz (1). Le fréquence d'horloge du FSB correspond à celle du fonctionnement du processeur. Plus celle-ci sera élevée, plus le nombre d'informations véhiculées par seconde sera important, en conclusion, plus rapide sera votre ordinateur. Selon les constructeurs, Intel ou AMD, le débit du bus système dépendra de leur technologie propre.

Pour les Athlons XP, on voit souvent pour désigner la technologie du processeur la mention «Bus 64 bits DDR». On aura reconnu le terme «DDR» pour Double Data Rate. Cela veut dire que le débit d'information du bus processeur sera doublé à chaque top de l'horloge. En clair, avec un Athlon XP que l'on fait fonctionner à une fréquence de 166 MHz, le bus système sera alors à une fréquence de 166 MHz mais il transportera 2 x 166 soit 333 millions d'informations (paquets de 64 bits) par seconde c'est à dire l'équivalent d'un FSB fonctionnant à 333 MHz. Pour cet Athlon, on voit souvent écrit que le FSB est de 333 MHz (ce qui est faux mais très vendeur). On voit souvent dans les articles ou chez les revendeurs : FSB 266 (2x133), 333 (2x166), ou 400 (2x200).

Pour les Pentiums IV, la technologie s'appelle «Bus Quad Pumped 64 bits». Traduction naïve et littérale : «Bus de 64 bits pompé quatre fois» ;-). Les Pentiums IV actuels ont une fréquence externe de 100, 133 ou 200 MHz. Le transfert d'information est quadruplé à chaque top d'horloge et donc ils vont fonctionner sur un bus système de fréquence équivalente à 400 (4 x 100), 533 (4 x 133) ou 800 MHz (4 x 200). On voit souvent écrit FSB 400, 533 ou 800 MHz.

Le mode synchrone.

C'est le mode de fonctionnement le plus classique. La fréquence de fonctionnement du processeur est la même que celle de la mémoire. Classiquement, on choisira la barrette de DDR suivant le FSB de la plate-forme comme indiqué sur le tableau ci-dessous.

DDR-SDRAM Fréquence max.
de la DDR
Débit max.
théorique en Mo/sec
Fréquence CPU
mode synchrone
FSB* Athlon XP
mode synchrone
FSB* Pentium IV
mode synchrone
           
PC 1600 - DDR200* 100 MHz 1 600 100 MHz 200 MHz 400 MHz
PC 2100 - DDR266 133 MHz 2 128 133 MHz 266 MHz 533 MHz
PC 2700 - DDR333 166 MHz 2 656 166 MHz 333 MHz ---
PC 3200 - DDR400 200 MHz 3 200 200 MHz 400 MHz 800 MHz
PC 3500 - DDR433 217 MHz 3 472 217 MHz 433 MHz 866 MHz
PC 3700 - DDR466 233 MHz 3 728 233 MHz 466 MHz 933 MHz
PC 4000 - DDR500 250 MHz 4 000 250 MHz 500 MHz 1 000 MHz

* FSB théorique car celui-ci est en réalité la fréquence de fonctionnement du CPU. On devrait dire «FSB Athlon XP/Pentium 4 équivalent à un FSB qui fonctionnerait à:».
DDR 200,266... signifie que la fréquence de fonctionnement de la DDR est de 100, 133... MHz mais son débit effectif qui est doublé grâce à la technologie DDR, correspond à une fréquence de fonctionnement théorique de 200, 266... MHz


En mode synchrone, prendre une barrette prévue pour des fréquences supérieures à celle du bus de la carte mère n'augmentera pas en théorie les performances de votre système. La DDR fonctionnera à la fréquence du CPU. Par exemple, si le processeur fonctionne à 166 MHz et que vous avez une barrette de DDR PC3200 prévue pour une fréquence de 200 MHz (DDR 400), cette dernière fonctionnera à une cadence de 166 MHz (DDR 333) qui est la fréquence maximale d'une barrette PC2700. Mais aux vues des différences de prix minimes entre les différentes normes classiques de DDR, il est peut- être judicieux d'opter pour des barrettes de PC 3200 quitte à la faire fonctionner à une fréquence plus basse. Assurez vous tout de même qu'elle soit compatible avec votre carte mère et que la barrette de DDR puisse fonctionner aux fréquences de 133 ou 166 MHz (DDR conforme aux normes JEDEC, organisme qui émet les recommandations pour la fabrication de la RAM). Ce choix a un intérêt si on projette de changer de carte-mère afin de mettre à jour sa configuration et profiter d'un FSB plus important. Cela peut être justifié également si on veut overclocker sa configuration en augmentant la fréquence externe du processeur dans le BIOS. En lisant quelques articles, on s'aperçoit que les débits des mémoires annoncés sont souvent au dessus de la réalité, surtout en NoName (mémoire générique). Dans ce cas, cela aussi peut avoir un intérêt. Et pour finir si vous faites fonctionner la DDR avec des timings dits «agressifs» et à une fréquence plus faible à laquelle elle est prévue (par exemple, une barrette de DDR PC2700 fonctionnant à 133 au lieu de 166 MHz), on aura généralement un gain de performance car elle acceptera plus facilement ces réglages de latence.

Pour augmenter les performances de votre système, il vaut mieux investir dans une mémoire de marque qui propose des temps de latence réduits, de la stabilité et qui certifie les débits annoncés dans la pratique.

Les DDR-SDRAM PC 3500, 3700 et 4000 sont destinées à l'overclocking. Ce mot barbare signifie que l'on pousse le processeur et le chipset au delà des limites indiquées par les constructeurs. Grossièrement, le principe est trouver une bonne combinaison entre la tension qui alimente le processeur, l'augmentation de la fréquence du processeur (et donc celle du bus système) et du coefficient multiplicateur* pour allier stabilité et gain de performances. Si par exemple, la carte mère permet d'atteindre une fréquence de 233 MHz pour le CPU, on prendra une barrette de PC 3700.

Le mode asynchrone.

Dans ce mode de fonctionnement, sur les Chipsets qui le tolèrent, la fréquence externe du processeur est différente de celle de la mémoire. On lui applique un ratio FSB:RAM.

Malgré les temps d'attente inhérents au mode asynchrone lors des transferts de données entre le chipset et le CPU, le Pentium IV arrive à tirer parti d'une barrette de DDR ayant une fréquence plus élevée que celle du bus processeur. Par exemple, avec un PIV doté d'une fréquence externe de 133 MHz, on aura un gain de performance si on règle une barrette de DDR PC2700 sur la fréquence à laquelle elle est prévue de fonctionner, c'est à dire 166 MHz. Cela est dû au fait que la fréquence du FSB est équivalente à 533 MHz soit un débit potentiel de 4,26 Go/sec. Donc plus le débit de la mémoire sera important, moins grande sera la différence entre la bande passante offerte par le bus système, et celle de la mémoire (cf. tableau ci-dessous). Il faut bien entendu que la carte-mère accepte ce mode asynchrone (le chipset Intel E7205 n'accepte pas ce mode).

En règle générale, le mode asynchrone est déconseillé sur les plates-formes Athlon XP et n'est souvent pas accessible. Exception peut être pour le Chipset nForce2, sur certaines cartes mères qui acceptent ce mode, on peut utiliser, à sa fréquence (200 MHz), une ou deux barrettes DDR PC3200 (DDR400) en Dual Channel Memory, même si la fréquence externe du processeur est à 166 MHz. Le surplus de bande passante mémoire est essentiellement utilisé par le contrôleur multimédia intégré, s'il est présent. Mais il vaut mieux faire fonctionner la mémoire en mode synchrone. Les performances pâtissent souvent d'un mode asynchrone sur une plate-forme Athlon XP.

[sommaire]


Le Double Canal Mémoire

 

Vous avez sûrement remarqué que les constructeurs de Chipset comme N-vidia, Intel, SIS et VIA propose un double canal pour la mémoire. Qu'est il réellement ? Est-il vraiment utile ?

Le principe est de doubler le débit d'information de la mémoire en cumulant la bande passante de deux ou quatre barrettes de DDR afin de pouvoir :
- avec un Pentium IV, profiter au maximum de la grosse bande passante offerte par les bus systèmes des Chipsets Intel (i875, i865, E7205), SIS (645TX/FX) et VIA (PT880).
- avec un Athlon XP et un chipset N-Vidia, avoir un surplus de bande passante qui sera essentiellement utilisé par les contrôleurs multimédias et par un genre de mémoire cache pour le processeur (DASP) qui l'aidera dans ses calculs.

Pour cela, il faut se munir au minimum de deux barrettes de DDR identiques (2 barrettes de PC2700, PC3200...). Il est même recommandé d'utiliser des mémoires de la même marque. De nombreux constructeurs proposent des packs de deux barrettes. Coté performance, il vaut mieux utiliser des barrettes de 256 ou 512 Mo. Le double canal pour la mémoire ne peut fonctionner que si le nombre de barrettes est pair (2 ou 4 DDR identiques; avec 3 cela ne fonctionnera plus).

FSB

Bande passante du FSB

Débit Simple canal

Débit Double canal

DDR 266
133 MHz

DDR 333
166 MHz

DDR 400
200 MHz

DDR 266
133 MHz

DDR 333
166 MHz

DDR 400
200 MHz

AMD Chipset N-Vidia nforce, nforce2
FSB 266
2,13
2,13
2,65
3,2
4,26
5,3
6,4
FSB 333
2,65
2,13
2,65
3,2
4,26
5,3
6,4
FSB 400
3,2
2,13
2,65
3,2
4,26
5,3
6,4
INTEL Chip Intel i875/865 - SIS 645TX/FX - VIA PT880
FSB 533
4,26
2,13
2,65
3,2
4,26
5,3
6,4
FSB 800
6,4
2,13
2,65
3,2
4,26
5,3
6,4

L'unité de mesure est le Go/sec. Toutes les cases rouges correspondent à un surplus de bande passante de la RAM. La correspondance entre la bande passante du bus système et le débit de la RAM est indiquée dans les cases vertes. Ces cases et celles rouges foncés correspondent à un mode classique synchrone: le CPU et la RAM fonctionne à la même fréquence. Les valeurs écrites en petit correspondent à des modes asynchrones. Ces modes ne sont pas accessibles sur tous les chipsets et sont souvent non recommandés avec un Athlon XP.


Suivant le FSB de votre ordinateur, les cases vertes et rouges foncées représentent le choix classique et recommandé des fréquences de fonctionnement de la mémoire DDR pour des performances optimales. Orientez vous vers des barrettes PC 3200 si la carte mère les accepte et si vous ne possédez pas déjà une autre norme de DDR, car on peut généralement faire fonctionner une barrette de PC 3200 en DDR 266, DDR 333 ou DDR 400. La plupart du temps, cela se fait même automatiquement sans avoir à rentrer dans la BIOS.

Sur les plate-formes Pentium IV version C, la technologie Quad Pumped permet d'atteindre une fréquence de FSB équivalente à 800 MHz. Cela permet donc un débit maximal d'informations de 6,4 Go/sec (2). En mode synchrone, soit une fréquence de fonctionnement de 200 MHz pour le CPU et la RAM, si on prend une barrette de PC 3200 dont le débit maximal est de 3,2 Go/sec, la bande passante du bus système n'est exploitée qu'à moitié. D'où l'intérêt d'un double canal pour la mémoire. Le débit maximal théorique de la RAM passe à 6,4 Go/sec (2 x 3,2) qui serait l'équivalent d'une barrette en DDR 800 qui n'existe pas.

Sur les chipset i875P et i865PE, selon Hardware.fr, les gains de performances sont en moyenne de 9% entre un système en mono canal mémoire et un en double. Ces deux chipsets offrent de nombreuses possibilités de modes asynchrones. On peut par exemple utiliser en double canal de la DDR PC2700 à sa fréquence, soit 166 MHz (en réalité 160 MHz soit DDR 320), avec une fréquence externe du processeur réglée sur 133 ou 200 MHz (soit l'équivalent d'un FSB 533 et 800 MHz). Cela peut avoir un avantage si l'on possède déjà une barrette de PC2700. Mieux vaut prendre alors une deuxième identique pour utiliser le double canal mémoire tout en laissant le FSB à 800 MHz ou à 533 MHz. Les performances seront légèrement meilleures que si on utilise une seule barrette de PC3200, ou bien, une barrette de PC2700 avec une PC3200 (car les deux ne peuvent marcher en Dual Channel, elles ne sont pas identiques et c'est la barrette avec la plus faible fréquence qui déterminera la fréquence de fonctionnement de la RAM).

Sur les plate-formes Athlon XP/N-Vidia, le surplus de bande passante mémoire est d'une grande utilité si le chipset intègre un contrôleur multimédia intégré. Étant donné que l'utilisation d'un contrôleur intégré graphique et encore plus sonore est rare dans une configuration MAO, on pourrait croire que le double canal pour la mémoire n'est pas utile. Cependant, il apparaît que les systèmes N-Vidia à double canal sont un peu plus performants (3% à 4% en moyenne sur des tests applicatifs).

[sommaire]


Les Timings mémoires

Contrairement à une fréquence DDR plus élevée que celle du FSB qui n'augmente guère voir bride les performances, les réglages des timings mémoires quant à eux apportent de réels gains. Les gains en test applicatifs peuvent aller jusqu'à 10 %. Plus les valeurs des indices de latence sont basses, meilleures seront les performances, mais plus grand sera le risque d'instabilité.

Pour allier performances et stabilité, il faut se munir de barrettes haut de gamme d'une grande marque (Corsair, Mushkin, OCZ...). Elles sont souvent spécifiées «Low Latency» ou «CAS 2». Les indices de latences sont le «CAS Latency (tCAC)», le «RAS to CAS Delay (tRCD)», le «RAS Precharge Time (tRP)» et le «RAS Active Time (tRAS)». Les timings possibles sont généralement indiqués par la marque dans le même ordre que ci-dessus ( 2 - 3 - 3 - 8 ou 2.5 - 3 - 3 - 8, etc), mais cette ordre peut différer selon les BIOS.

Normalement grâce au «SPD», le BIOS reconnaît la mémoire et affecte automatiquement les paramètres optimums. Ce système lit les informations propres à la DDR dans une petite mémoire morte présente sur la barrette. On peut généralement désactiver le «SPD» pour affecter soi-même les timings. Selon les différents BIOS, les marges de manœuvres seront différentes. Il arrive qu'il faille augmenter la tension d'alimentation de la DDR, de 0,10 à 0,30 Volt au maximum, pour gagner en stabilité si on veut affecter des timings agressifs mais attention à la surchauffe.

Par exemple, d'après un test Hardware.fr, avec deux barrettes de Mushkin Dual Pack PC3500 Black ou de Corsair TWINX512-3200LL (puces Winbond BH5) sur un chipset i865PE, un réglage pour le meilleur rapport performances/stabilité, avec une fréquence de CPU et de RAM à 200 MHz et une tension d'alimentation de la DDR par défaut (soit 2,55 Volt), serait 2 - 3 - 3 - 8. Avec un tension de 2,65 Volt, on peut affecter des valeurs encore plus agressives comme 2 - 2 - 2 - 6 ou 2.5 - 2 - 2 - 8. Un timing dit lent serait 2.5 - 3 - 3 - 8 avec la tension par défaut. Sur un chipset nForce2 400 Ultra, les timings sont les mêmes sauf que l'on garde la tension d'alimentation d'origine (2,6 V) qui suffit.

[sommaire]


Conclusion

Si vous avez les moyens, orientez votre choix vers des barrettes de marque. Les barrettes génériques sont constituées de puces qui n'ont pas passées avec succès le tri sélectif destiné à la fabrication de barrettes de qualité. De ce tri, ressort trois catégories de puces. Les puces dites Grade A vont répondre aux exigences de qualité des grands constructeurs de barrette de DDR. Les puces de deuxième catégorie vont équiper des barrettes d'entrée de gamme de certaines marques et certaines barrettes génériques. Celles-ci fonctionneront sans problème mais ne permettront pas des timings de latence faibles. Les autres puces équiperont la majorité des barrettes génériques. De plus, l'assemblage des barrettes dites NoName ne répond souvent qu'au critère de rentabilité excessive au détriment de la qualité (plus d'infos, ici). Si vous avez un budget serré, préférez une barrette générique constituées de puces de marque (Samsung, par exemple). Les marques de DDR les plus connues sont Corsair, Mushkin, OCZ, Dane Elec, Crucial, Samsung, Infineon, Twinmos, Kingmax, Kingston...

Étant donné que les différences de prix entre la PC 2100, 2700 et 3200 sont relativement minimes voir nulles, préférez une barrette de DDR PC 3200 même si vous ne pouvez pas l'exploiter à son maximum sur votre système actuel. Vérifier tout de même si votre carte mère l'accepte, si la DDR est conforme au normes JEDEC et si elle peut fonctionner correctement à un fréquence de 133 ou 166 MHz. Pour utiliser le double canal mémoire, il est préférable d'utiliser 2 barrettes identiques d'une même marque. Pour un chipset nForce 2 ou i875/865, un bon choix serait 2 barrettes DDR Crucial (puces Micron) qui offrent un excellent rapport qualité/prix. Si vous voulez du haut de gamme et des timings très rapides, vous pouvez vous orienter vers un pack de 2 barrettes Mushkin, Corsair ou OCZ en «Low Latency» ou «CAS 2».

Pour finir, le mariage carte mère/DDR est souvent délicat, et il arrive que certaines marques ne soient pas compatibles entre elles ou ne s'auto-configurent pas correctement. Le mieux est de lire des avis d'utilisateurs, de revendeurs et les recommandations des constructeurs pour s'assurer d'une compatibilité parfaite et d'un fonctionnement optimal.

[sommaire]


Notes

(1) La cadence du processeur est le résultat de l'application d'un coefficient multiplicateur à la fréquence de fonctionnement du CPU c'est à dire le FSB (Front Side Bus). Dans le BIOS, cette fréquence est souvent appelée «CPU External Frequency (MHz)», «CPU FSB Clock», «FSB Frequency»... Par exemple, un Pentium IV cadencé à 2.8 GHz sur une carte-mère pourvue d'un bus de 200 MHz, le coefficient multiplicateur sera 14. En effet : 14 x 200 = 2 800 MHz soit 2,8 GHz. En mode synchrone, dans le BIOS la valeur du Front Side Bus sera identique à celle de «Memory Frequency (MHz)» ou «DDR Clock» (l'appellation diffère selon les BIOS). Souvent, il y a l'option «Sync».

(2) La bande passante d'un FSB à 200 MHz d'une plate-forme Intel correspond à un quadruple transfert de 64 bits à chaque top de l'horloge soit 4 x 64 x 200 = 51 200 Mégabits soit en divisant par huit, 6,4 Go/sec.


Sources


Comprendre la mémoire (1 - les familles) - Onversity.com
Comprendre la mémoire (2 - la technologie) - Onversity.com
Comparatif : DDR400 ECC Reg.- x86-secret.com
Concepts de base du microprocesseur
- Onversity.com
Introduction à la notion d'ordinateur
- Comment ça marche.com
Les mémoires DDR433 et DDR466 à l'épreuve des tests - Tom's Hardware Guide
Comparatif : 12 DDR 256 Mo PC2700 et + - Hardware.fr
Comparatif : 16 DDR 2x256 Mo PC3200 et + - Hardware.fr
Preview : NVIDIA nForce2 - Hardware.fr

[sommaire]

Haut de page
Pierre TOUTAIN, le 09-06-2003

Page vue 62416 fois