Rechercher



Représentation des voix dans la portée

Vous êtes ici : Cubase >Apprendre
English Version...


Nous allons dès le chapitre prochain commencer nos premiers exercices d'harmonie, et nous allons apprendre à composer (le mot n'est pas exagéré) des exercices à quatre voix. En voici les dernières consignes avant de passer à l'action.

Dans la musique la plupart des choses se passent à quatre voix. Les passages à deux ou trois voix de même que les passages à plus de quatre sont exceptionnels, même dans la musique symphonique moderne. L'apparente complexité d'un orchestre de quatre-vingt musiciens ou plus n'est due qu'aux duplications de notes.

Les paragraphes qui suivent (en petits caractères) ne font pas partie de l'essentiel du chapitre. Ils doivent être pris à titre d'illustration pour comprendre comment un grand orchestre peut produire une grande sonorité rien qu'avec un accord Do-Mi-Sol.


Supposons un orchestre composé de 8 premiers violons, 8 deuxièmes violons, 6 Alti, 6 violoncelles, 4 contrebasses, une flûte, une flûte piccolo, un hautbois, une clarinette, un basson, un contre basson, une trompette, un cor, un trombone, un tuba. Total : 42 musiciens. Ajoutons un ch?ur de 32 choristes, cela nous fait 75 musiciens sans compter la percussion.

Nous allons faire jouer à notre orchestre un accord tout bête de Do majeur (plus précisément un accord de premier degré de la tonalité de Do majeur, c'est à dire Do Mi Sol ).

Si nous prenons notre schéma orchestral du chapitre précédent cela se présente comme ça. Ces quatre voix représentent le noyau harmonique.

Figure 6a

A noter que l'écriture à quatre voix exige de doubler une note lorsqu'il s'agit d'accords à trois notes. Ici, on a doublé la fondamentale (Do). Ceci est le noyau harmonique, ce qui est traité dans la science de l'harmonie. Les illustrations qui suivent font partie déjà de l'orchestration.

Cet accord, orchestré, se présente comme ça :

Figure 6b

Le même accord est disposé différemment dans les quatre groupes.

Il est possible que l'on veuille déployer l'accord sur plus d'octaves. Dans ce cas on double à l'octave certaines notes. En général on double la basse à l'octave inférieure et une, deux ou les trois voix supérieures à l'octave supérieure.

NOTE : Pour des raisons de clarté, je ne tiens pas compte de la transposition des instruments. Par ailleurs, écrivez toujours votre brouillon en notes réelles. Faites la transposition lorsque vous passerez votre musique au propre ou pour les parties instrumentales.

NOTE 2 : En MAO si vous voulez doubler des mélodies à l'octave n'utilisez jamais des échantillons contenant des octaves, ni faites de copier-coller avec transposition. Rejouez la mélodie à l'octave sur une autre piste. Ne quantifiez jamais les deux mélodies de la même façon ou bien faites une légère dispersion. L'intérêt des doublures, en plus d'étendre le passage musical sur plusieurs octaves, est aussi de créer les petites imperfections qui donnent de la vie au morceau et du réalisme à une orchestration synthétique. Evitez tout automatisme.

NOTE 3 : Les techniques de doublure de notes seront expliquées plus tard. Ces exemples sont uniquement destinés à illustrer comment un grand orchestre produit un gros son rien qu'avec Do-Mi-Sol.


Écriture à quatre voix

Nous avons vu que les voix s'appellent, de haut en bas :

  • Soprano
  • Contralto
  • Ténor
  • Basse

Elles se distribuent ainsi dans un système de portées.

Figure 6c

Maintenant nous allons passer à un aspect un peu plus aride de notre étude quoique nécessaire.


Mouvements des voix

  1. Lorsque deux voix s'éloignent ou se rapprochent cela s'appelle un mouvement contraire.

    Figure 6d

  2. Lorsque deux voix montent ou descendent dans le même sens, cela s'appelle un mouvement direct.

    Figure 6e

  3. Si dans un mouvement direct les voix conservent le même intervalle il s'agit d'un mouvement parallèle.

    Figure 6f

  4. Lorsqu'une voix bouge pendant que l'autre reste fixe ou que la note se répète cela s'appelle un mouvement oblique.

    Figure 6g


Règles de l'harmonie

Gardez à l'esprit qu'il n'y a que cinq règles d'harmonie. Rien qu'à partir de ces cinq règles, on peut découvrir tout seul la totalité de l'harmonie.

La confusion qui règne dans l'enseignement officiel de l'harmonie ferait croire qu'il y a des centaines et des centaines de règles dont il faut tenir compte à un moment précis de l'apprentissage et qui deviennent obsolètes plus tard.

Certaines "règles" établies par l'enseignement officiel ne sont que des garde-fous pour ne pas commettre certains erreurs qui peuvent se produire quand on n'a pas toutes les données.

Nous ferons la distinction entre "règles" et "procédés", les procédés étant des "recettes", nous permettant d'avancer sans commettre des erreurs ou quand on a pas encore d'idée pour faire quelque chose d'original tout en respectant les cinq règles basiques.

Sans doute, ce qui sera exposé dans les paragraphes suivants n'aura pas beaucoup de signification pour les plus débutants. Je ne demande que de les écrire à part ou de les retenir. Au fur et à mesure que nous avancerons dans notre étude, leur compréhension deviendra de plus en plus claire. Nous commencerons à faire des exercices qui n'exigent pas de pratiquer ces règles tout de suite car nous emploierons des procédés qui en tiendront compte. Petit à petit, nous abandonnerons ces procédés "garde-fous" et utiliserons de plus en plus ces règles.

  1. Intervalle harmonique entre les voix.

    Entre soprano-contralto et entre contralto et ténor, l'intervalle maximum ne doit pas dépasser une octave. Entre ténor et basse, l'intervalle est sans limites.

  2. Intervalle mélodique.

    Tant qu'on reste dans le contexte harmonique d'un même accord, l'intervalle mélodique maximal ne doit pas dépasser une octave. Lorsque l'accord change, l'intervalle mélodique maximal est d'une tierce sauf si le saut se produit entre deux notes qui accomplissent la même fonction dans leurs accords respectifs, dans ce cas l'intervalle mélodique maximal est d'une sixte.

  3. Mouvement des voix.

    Lorsque l'accord change, éviter le mouvement direct, dans le contexte du même accord ceci est possible.

  4. Mouvements interdits.

    Octaves parallèles interdites. Quintes parallèles interdites dans l'harmonie à trois notes.

  5. Résolution des sensibles et des dissonances.

    Si une sensible (il y a deux sensibles dans la tonalité) se trouve sur une voix importante par sa priorité d'écoute (Soprano ou basse ou dans une mélodie solo), elle doit être résolue sauf si une modulation (changement de tonalité) ne vient changer sa fonction. Toutes les dissonances doivent être résolues.

Sachez cependant que l'évolution des styles font perdre à certaines notes leur caractère de dissonance. Cette règle apparemment si complexe peut se résumer comme ça : Toutes les tensions doivent être résolues.


Note : Au fur et à mesure que nous avancerons dans le travail le contenu de ces cinq règles se fera de plus en plus clair et de plus en plus indispensable. Il donnera en plus de la matière à réflexion à chaque fois que nous serons confrontés à un problème harmonique.

Mario LITWIN, le 21-11-1999

Page vue 19476 fois