Rechercher



Revue de Cubase 9.0 et 9.5

Vous êtes ici : Cubase >Actualité


Si vous me dites : "Bah alors, y a plus de revue sur l'Espace Cubase ?", je répondrai... C'pô faux ! La faute au manque de motivation, la faute au manque de temps et la faute aussi un peu à Steinberg qui ne répondait plus à nos demandes de version "presse". Il y a aussi le fait qu'à l'heure de TonTube, l'écrit ne fait plus recette. Malgré tout, on va se faire un grand tour allant de la version 9.0 à la version 9.5 en faisant une grosse impasse sur la 8.5 pour une raison valable : j'ai la flemme. Et vous verrez, si les choses n'avancent plus de façon aussi spectaculaire que dans les années 90 et début 2000, il n'en reste pas moins que les nouveautés répondent à des attentes de longue date ou revisitent des éléments essentiels de façon à rendre le travail un peu plus fluide et facile...


Des débuts difficiles

Cubase 9.5 et moi, ça a commencé par pas mal de gros mots dont certains à faire rougir Bigard. Mon PC a 7 ans au compteur et tourne comme au premier jour. Comme quoi quand on s'en remet à des spécialistes comme Casawave, on fait un réel investissement sur le long terme. Bref, cette brave machine n'a jamais été connectée une seule fois à Internet et sa version de Windows 7 est pucelle de toute mise à jour. Et là, le drame...

Si Cubase s'est installé tranquillement, il en a été tout autrement de la clé de licence. J'ai reçu des messages pas très sympa comme quoi la DLL pouetpouet.dll était absente. Et vas-y, cherche ce que c'est que cette putain de DLL. Après avoir tenté vainement de récupérer une à une les DLL manquantes à partir d'un autre ordinateur, je me suis résolu à l'inenvisageable : coller une clé Wifi USB sur mon PC et installer 7 ans de mise à jour Microsoft. C'est seulement après un dernier reboot que eLicenser a daigné vouloir se lancer et me laisser entrer le numéro de licence. Après, j'ai découvert le full 64 bits, ce qui mérite un nouveau sous-titre...

Le Nouvel Age du tout 64 bits

Commençons par rappeler que la gamme Cubase se dévise en 3 versions, Pro, Artist et Elements. Les nuances entre chaque verions sont détaillées ici.

Ceci étant dit, passons dont à cette histoire de 64 bits...

Il fallait bien que ça arrive. La transition s'est faite en douceur, sur la durée, mais a y est, fini le 32 bits. Plus de double installation 32 et 64, avec des solutions bancales du genre VSTBridge pour faire tourner des plugins 32 bits dans la version 64 bits de Cubase.

Ah, mais nous voilà donc dans l'ère de la RAM sans limite ! Oui, sauf que...

Adieu nos vieux plugins préférés, ils sont maintenant impitoyablement relégués en liste noire par Cubase avec aucune possibilité de contournement. Le prix de la modernité se fait sur le cadavre de nombreux outils pourtant bien gaulés. Merde, tous mes VB Audio... Il y a même des produits Steinberg concernés, dont mon XPhraze adoré.

Bref, gardez votre dernière version 32 précieusement car la réouverture d'un ancien projet gavé de plugins 32 bits sera une boucherie. Si vous venez de migrer vers Cubase après avoir quitté un séquenceur 32 bits, heu, bah, condoléances pour vos plugins:-)

Quant aux plugins 64 bits, rien ne garantit qu'ils seront opérationnels. Le cerbère "Sentinelle" relègue également en liste noire tout plugin lui semblant suspect. Libre à vous de le réintégrer dans la cour des fréquentables.

Espèrons que les éditeurs auront l'amabilité d'offrir des mises à jour pour leurs produits les plus populaires. Pour les vieux machins ou les freewares dont les concepteurs ont lâché l'affaire depuis longtemps, c'est mort...

Le tout 64 bits est-il plus gourmand en ressources ? J'ai chargé le projet de démo dans Cubase 8.5. En 32 et 64 bits, la jauge est au même niveau. Dans le version 9.5, après avoir déchargé l'effet "Frequency" absent dans la 8.5, j'ai noté une légère hausse au niveau de la jauge de Cubase. On est à une barre 3/4 au lieu d'une barre 1/2 sur un projet quand même bien chargé.

Pour les plus aventureux, il y a bien la solution jBridge, mais elle semble ne pas donner les mêmes résultats chez tout le monde.

Note de dernière minute : l'ami DeepSound nous signale l'existence d'un produit dont on ne sait pas grand chose : 32 Lives.

64 bits pour l'Audio aussi

Ce n'est donc pas tout ! Le moteur audio de Cubase passe lui aussi en 64 bits (seulement si on en fait le choix dans la Configuration Audio). A ne pas confondre avec les 64 bits évoqués juste avant. Non, là, on parle de la résolution à laquelle Cubase va faire ses calculs Audio en interne. Si Steinberg promet des mixages comment on n'en a jamais entendu avant, à l'écoute, mes vieilles oreilles outragées par des années de pratique du rock ne font pas la différence.

Comme d'autres reviewers, j'ai fait l'essai de l'Export Audio, une fois en 64 et une fois en 32. Puis j'ai importé les deux fichiers Wave dans un projet et inversé la phase sur l'un des deux. S'ils avaient été identiques, j'aurais obtenu un superbe silence. Ce n'est pas le cas. En zoomant sur les formes d'onde, les différences sont visibles. Le 64 bits est-il plus ceci ou moins cela pour autant ? J'en sais rien. Allez, tiens, à l'heure du haut débit, je peux vous balancer du fichier Wave directement ! Voici donc un petit bout du Projet de démo Cubase 9.5. Exporté une fois en 32 bits et un fois en 64 bits. Ensuite, j'ai alterné du 32 et du 64 bits sur une même piste. Alors ? Des oreilles de chauves-souris parmi nos lecteurs ?

Note du rédacteur à lui-même : pour une raison non identifiée, l'export Audio de l'alternance 32/64 bits a un tempo ralenti par rapport aux 2 autres exports alors que c'est le même projet avec les 2 mêmes fichiers Audio. Soit c'est un bug, soit le problème se situe à 30 centimètres de l'écran...

Extrait 32 bits



Extrait 64 bits



Mélange 32 et 64 bits

Cubase 9.x, c'est la zone !

Autant le dire de suite, c'est pour moi le changement le plus utile dans ces nouvelles versions.

Le Projet se voit agrémenté de "Zones" donnant accès aux outils les plus essentiels. Ainsi, il est envisageable de travailler uniquement dans l'interface principale sans avoir à ouvrir des tas de fenêtres, même si rien n'empêche de faire basculer une "Zone" en plein écran d'un simple clic. Voici donc le concept des "Zones" apparu en version 9.0 et améliorée en 9.5.

En partie basse, on peut avoir au choix la console, les outils de la piste "Echantillon", les Pads d'accords ou un éditeur (variable selon l'événements sélectionné).

Sur la gauche, on a le célèbre inspecteur. Si l'onglet "Piste" donne accès aux outils habituels, l'onglet "Editeur" donne lui accès aux outils de l'éditeur correspondant à l'événement sélectionné si on a activé l'onglet "Editeur" dans la "Zone" basse.

A droite, c'est la foire aux sons. 4 onglets proposent VSTi, MediaBay, Control Room ou le Vumètre.

Ajoutons à cette panoplie déjà complète que la majorité des commandes de la barre de transport est maintenant ancrée tout en bas de la fenêtre principale et vous comprendrez ce que je voulais dire en affirmant que presque tout peut être fait dans l'écran principal.

Là où c'est quand même bien gaulé, c'est que ça fonctionne aussi bien sur le 24 pouces de mon vieux PC que sur les modestes 15 pouces de mon MacBook Pro.

Ouais, définitivement, j'adore cette nouvelle interface ! Une fois mémorisé les raccourcis pour faire apparaître ou disparaîtres une "Zone" donnée, Cubase devient d'une souplesse et d'un confort plus que bienvenus.

Le droit à l'erreur sur le console

On l'aura attendue cette nouveauté ! La console a maintenant son propre historique permettant de revenir en arrière. Ca évite le fâmeux "C'était mieux avant" qu'on ne retrouve jamais ou le clic de mulot intempestif qu'on est incapable de corriger. Mais alors, quel dommage, comme pour l'historique général, que rien ne soit conservé à la fermeture du projet. Il est quand même fréquent qu'en rouvrant un projet après plusieurs jours de recul, on ait envie de revenir à une version antérieure à tout jamais perdue si on n'a pas été assez astucieux pour utiliser le salvateur "CTRL-ALT-S".

Calage au zoom

Celle-là aussi je l'aime bien. On avait pour habitude de tripoter les événements du "Projet" avec une résolution dépendante du type de "Grille" choisi : mesure, temps ou quantification. Ca obligeait à de nombreux clics selon les besoin de l'instant.

Avec le nouveau mode "Adapter au Zoom", c'est la valeur du zoom qui va déterminer la précision de chaque opération. Plus on zoom et plus on a de valeur intermédiaires pour déplacer, couper etc. Un simple CTRL-Molette suffit à modifier la grille de calage. Top !

Pis j'me suis dit : "Ca va être facile de corriger une piste Midi de batterie". Sauf que... Ce nouveau mode de calage n'est valable que dans la fenêtre "Projet", pas dans les éditeurs Midi. C'est juste incompréhensible. Comme pour l'historique des Undo non conservés, pourquoi ne pas aller jusqu'au bout d'une excellente idée ?

Courbes d'automation

Quel Cubasien n'a pas râlé, voire enchaîné une chapelet d'injures parfois inédites (ma préférée étant "Sa mère la chauve !") en voulant créer un simple fade-out ? Je ne parle même pas de créer une courbe régulière ni de tenter de baisser 2 points en même temps de façon linéaire. On y arrivait à force de bricolages, ça nous rendait astucieux, mais frustrés.

Cubase 9.5 y remédie enfin ! Et c'est plutôt bien fait, c'est efficace, intuitif et simple. Il suffit d'attraper les machins présents entre deux points (ça c'est pour les courbes dites de Bézier) ou au-dessus de deux points (ça pour monter ou baisser deux points sulmultanément). Mieux encore, x points peuvent être ajustés en même temps s'ils ont été préalablement surlignés avec l'outil "Sélection". Bon, ok, c'est présent depuis un bail chez certains concurrents et il a fallu attendre pour obtenir cette fonction pourtant essentielle. Si c'est un sentiment assez général ces dernières années, ceux qui n'ont jamais envisagé le divorce ou la bigamie seront ravis de profiter de ces ajouts.

Audio-ins

J'évoque cette nouveauté histoire d'être précis car au final, je ne suis pas certain qu'on s'en servira à moins d'être un boulimique de bidouille sonore. En gros, une piste Audio peut être routée vers un VSTi si ce dernier est compatible "Side Chain" afin de profiter de tous ses modules. Sur le papier, ça claque et ça semble être prometteur.

Je me suis donc amusé à faire passer une piste de guitare dans Retroloque. Là, j'ai touché un peu à tout, filtre, résonance, enveloppe ADSR, effets etc. S'il est vrai que j'ai obtenu des choses assez étonnantes et intéressantes, il n'en reste pas moins que j'aurais pu obtenir à peu près la même chose avec les plugins d'effets. Mais il est vrai que j'aurais dû réfléchir à quel effet charger et les paramétrer un à un alors que dans cet exemple, j'avais tout sous la main dans la même interface. Mouais, ok, pourquoi pas. En tout cas, l'idée est interéssante.

Piste Echantillon

Quand on a besoin d'un simple son à piloter via Midi pour une utilisation très ponctuelle, on n'a pas d'autres choix que d'ajouter une piste "Instrument" en espérant y trouver parmis la collection de VSTi multipliées par le nombre de presets le son désiré.

La piste "Echantillon" simplifie tout ça. Il suffit de faire glisser un sample d'où qu'il vienne dans le zone basse dédiée (ou d'ajouter une piste Sample), et vous voilà avec un son que vous pourrez déclencher en Midi. En résumé, c'est une piste Audio qui peut être contrôlée par Midi. La partie échantillonneur permet quelques retouches très basiques, le but n'étant pas d'avoir ici toute le panoplie d'un sampler hyper pointu.

Là où ça devient plutôt astucieux, c'est qu'on peut aussi faire glisser dans la zone un bout de piste "Instrument" qui sera immédiatement converti en Audio afin de subir tous les outrages. Bien ouéj !

Marqueurs multiples

Encore une idée toute simple, mais très utile au quotidien quand on enregistre un titre partie par partie avec de multiples intervenants. On peut maintenant avoir plusieurs pistes "Marqueur" et choisir laquelle est active. On pourra ainsi se promener facilement de place en place selon la partie musicale sur laquelle on travaille.

Autre point à noter : au moment de l'Export Audio, si on a plusieurs boucles sur la piste marqueur activée, on pourra choisir quelle(s) boucle(s) exporter et obenir autant de fichiers d'export que de cycles cochés.

Traitement hors ligne 2.0

Encore une nouveauté bien pensée. On connaissait déjà le traitement hors ligne des versions précédentes qui avait surtout pour mission d'alléger la charge du processeur. La contre-partie était que ce traitement était destructif. Si on s'était finalement fourvoyé dans un coin obscur du bricolage sonore, on ne pouvait plus revenir en arrière une fois le "Projet" fermé pour des raisons d'Undo non sauvegardé, voir plus haut. (Oui, je sais, on pouvait aller récupérer le fichier Audio d'origine dans le dossier "Edits" du projet. Quel pourcentage d'utilisateurs est au courant ?)

Le traitement hors-ligne est maintenant dynamique. C'est à dire que non seulement il n'est plus destructif, mais de plus il est possible de revenir à tout moment sur les traitemnts appliqués, d'en désactiver certains, d'en changer l'ordre ect. L'application est immédiate, ou presque, il faut quand même le temps à Cubase de faire sa tambouille. Quel intérêt ? Si je veux faire une série de traitements particulier à un tout petit bout de piste, j'avais deux solutions :

Si je veux inverser ma guitare sur une mesure puis lui ajouter une série d'effets histoire d'avoir une intro qui claque sa mère, bonjour les manips. Avec le nouveau traitement hors ligne, je fais juste F7 pour accéder au "Traitement hors ligne direct" et j'y fais ce que j'ai à y faire, avec en plus le droit à l'erreur.

Et là, on va me faire une remarque tendancieuse : "Oui, mais bon, y a pas moyen d'enregistrer un groupe de traitements sous forme de preset". C'po faux... Si je voulais rester positif, je demanderais quelle serait la probalité que j'utilise deux fois la même séquence de traitements ? Faible je pense. Mais si je voulais chercher le détail qui agace, je dirais que si le cas se présentait, oui, il faudrait se retaper tous les réglages avec le plaisir bien français de râler un peu et dire que c'est la troisième nouveauté de cette version qui aurait mérité d'être appronfondie.

Au rayon plugins...

Rien de très marquant à part l'excellent Frequency, une EQ 8 bandes avec gestion du M/S redoutable de précision. Pour le reste, on a quelques retouches graphiques sur des choses déjà existantes.

Il y aussi "Flux", la nouvelle section de l'instrument Retrologue pour les fans de synthèse à table d'ondes.

Bien que Cubase ne soit pas livré totalement dépourvu de banques de sons, on se prend à rêver d'un Cubase qui serait agrémenté d'un HALion complet et non pas de sa version Sonic SE...

Dans la catégorie impasse, les gagnants sont :

Ouais ouais, j'ai pas parlé de tout, c'est un choix, déjà que je pense avoir perdu pas mal de lecteurs en cours de route :-) Donc, les trucs dont j'aurais pu parler sont :

Parce qu'il faut bien une conclusion

D'article en article, j'ai le sentiment je pourrais résumer mon impression générale de la même façon. Cubase a été le modèle que tout le monde a copié pendant des années. Cubase a été celui qui a imposé ses standards aux autres. Alors, forcément, on attend de lui toujours plus que des autres. Et en cela, Cubase 9.x pourrait en décevoir certains car s'il y a bien des nouveautés très pertinentes, il n'en reste pas moins que certaines sont présentes depuis longtemps chez les concurrents et que c'est aujourd'hui, parfois, Cubase qui s'inspire des autres.

Est-ce un reproche ? Certainement pas. Cubase reste un séquenceur haut de gamme, avec plus qu'il n'en faut pour une utilisation standard avec parfois ce petit coup de génie (les zones, la grille calée au zoom) qui fait qu'on lui pardonne ses quelques manquements.

La prochaine version sera la 10. Autant dire que ce chiffre rond promet à Cubase d'être attendu au tournant !

PS : merci à Stefan Christian de nous avoir fourni la version de test...

Configurations requises

Les recommandations sont maintenant les mêmes pour PC et MAC (Windows 7, 8 et 10 , Mac OSX 10.11, 10.12 et 10.12) en 64 bits bien sûr. Pour le matos :

Haut de page
Pascal Valentin, le 13-02-2018

Page vue 2837 fois