Rechercher



Interview de Vincent BUREL

Vous êtes ici : Plug-ins >News
English Version...


Aphro.

Je vais confirmer une chose notoire : ouais ! J'adore les logiciels signés Vincent BUREL ! Je suis tombé un jour par hasard sur Aphro et j'ai trouvé que la conception de cette réverb n'avait rien de conventionnel et surtout qu'elle sonnait. Depuis, Vincent a sorti un tas d'autres plug-ins qui ont confirmé ses talents. Vincent participe parfois aux discussions sur nos Mailing-Lists. C'est rigolo, pour ne le connaître que via Internet, j'ai quand même l'impression que ses plug-ins sont à son image, anticonformistes, sans concessions...

Aujourd'hui, la marque BUREL bénéficie d'une vraie distribution et la presse commence à la traiter comme n'importe quelle autre société développant de tels produits. Une victoire ? La sortie du VB-PACK a été l'occasion de lui poser la question directement. Je remercie Vincent d'avoir bien voulu se prêter à ce petit jeu !


FeedBack : Comment es-tu arrivé à l'informatique ?

Vincent : Avec le tout premier Sinclair !!! 1 Ko de RAM et chaque touche du clavier correspondait à un mot du langage de programmation, c'était plus que rigide, mais ça m'a occupé pendant un moment... Et puis le MSX est arrivé avec sa cartouche Multimédia, mais j'étais plus focalisé sur les synthés à cette époque, POLY 800 et DX27 faisaient de jolis bruits. Je passais mes journées à programmer des sons, c'était marrant, je me rappelle que les quartz de ces engins étaient tellement à l'ouest que programmer un même preset, avec les mêmes paramètres, d'un jour à l'autre, même d'une heure à l'autre, ne donnait pas le même son, alors c'était l'aventure ! En fait j'ai vraiment commencé à programmer quand l'ATARI est arrivé, surtout des jeux vidéo :-) Et puis, on pouvait faire jouer des séquences M.I.D.I., alors on s'en est donné à c?ur joie !

Quand le PC est devenu abordable (euphémisme, il coûtait 5 fois plus cher qu'un Atari), je suis passé sur PC histoire de vivre 5 ans de stagnation technologique. Venant de l'Atari, le PC sous Dos avec sa carte VGA donnait l'impression d'un retour de 5 ans en arrière (ce qui fait au final 10 ans de stagnation en fait, le PC savait encore rien foutre que le FALCON ATARI faisait du 8 pistes numériques en temps réel, 1 sample de temps de latence). Mais le PC faisait pro... Alors comme y'avait rien à faire sur cet engin (ou plutôt tout à faire), je me suis mis à la programmation système et j'ai refait une librairie graphique à la Windows, parce que je trouvais que Windows 3.0 ramait etc etc... Bref c'est une longue histoire...

FeedBack : Pourquoi l'audio plutôt qu'une autre discipline ?

Vincent : En fait, ayant tout le temps versé dans le son, la musique et l'informatique, ça semblait évident. Mais pour être honnête, ça a été plus le fruit d'un hasard qui m'allait bien, qu'autre chose.

FeedBack : Tes logiciels ont été piratés et distribués sur Internet récemment. Peux-tu nous dire quelles en ont été les conséquences pour toi et ton sentiment à ce sujet ?

Vincent : Le sujet qui fâche ! En fait, on sait d'entrée de jeu que l'on va être piraté... Le mot juste serait "recelé". Comme la technologie le permet et que le Net est un bon vecteur de diffusion : c'est un peu trop facile pour que cela ne se fasse pas. Les conséquences sur les ventes ne sont pas faciles à analyser, on connaît approximativement les ratios clients/utilisateurs mais personne ne sait si les utilisateurs non-clients auraient acheté... Ou ne vont pas finir par acheter. Une des solutions à cela est de fidéliser la clientèle en lui proposant des services divers, qu'évidemment les utilisateurs de "cracks" n'auront jamais... Mais bon, le problème reste entier.

FeedBack : Sans donner de détails à la concurrence, peux-tu nous parler de tes prochains produits ?

Vincent : La prochaine gamme, sera (comme tu le sais :-) axée mastering professionnel, avec des compresseurs et des instruments de mesure... Sinon, j'aimerais bien m'attaquer aux effets spéciaux (autres que la réverbération)... Peut-être l'année prochaine. On verra.

FeedBack : Tes plug-ins sont originaux et d'une approche assez intuitive. Comment les conçois-tu à la base ? Tu as une vague idée et tu codes à vue ou au contraire, tu fais de longs brouillons ?

Vincent : A la base, il y a une technologie qui émerge après souvent un an de recherches. Ensuite, il y a la conception de l'interface graphique en même temps que l'on liste les possibilités de l'engin. Enfin, on câble le tout et on ajuste avec les béta-testeurs qui sont bien sûr les premiers utilisateurs... D'où la nécessité d'avoir de bons béta-testeurs. La programmation proprement dite ne constitue qu'une toute petite étape, en général la plus courte, d'autant plus courte que tout a été pensé comme il faut dès le début. Je n'aime pas réfléchir quand je programme, il faut que cela coule de source, sinon je m'arrête et je passe à un autre projet, j'en ai toujours une dizaine en plan... (NDLR : ça me laisse rêveur ! )

FeedBack : Quels conseils donnerais-tu à un jeune programmeur qui voudrait se consacrer à l'audio ?

Vincent : A part d'arrêter tout de suite ? Faut bosser comme un âne... Voire deux ânes. Plus sérieusement, dans le domaine du traitement du signal, en indépendant, c'est plutôt dur. De plus, malgré Internet et ses possibilités commerciales, même si vous faites un produit de génie, il faut un peu de temps et pas mal de chance pour sortir la tête du potage. C'est un peu comme pour exposer dans l'art ! Il vaut mieux connaître un galeriste qu'un dessinateur :-). Maintenant, du côté du logiciel, le tableau est nettement moins noir, qui plus est si ce logiciel a une utilité évidente, aisément compréhensible par le plus grand nombre (ce qui n'est pas le cas des plug-ins en général et des miens en particulier).

FeedBack : Justement, tes plug-ins ont à la fois une approche intuitive (on touche les potards et ça le fait) et très technique (les potards portent parfois des noms que l'utilisateur final ne pigera pas s'il n'a pas une solide connaissance de l'audio). C'est une volonté de ta part ?

Vincent : Ce n'est pas par volonté d'être obscur ou de faire du compliqué pour faire du compliqué. C'est une volonté d'être précis et de caractériser le mieux possible des boutons, des contrôles, qui parfois même, n'existent pas ailleurs... Au final, l'interface utilisateur de mes plug-ins est souvent perçue comme complexe alors qu'elle est très simple, mais d'une approche différente. D'un autre côté, je m'améliore sur ce point et plus ça va et plus je me laisse entendre dire que l'interface est plus claire, moins conceptuelle, plus fonctionnelle... Je vais finir par faire un produit banal, c'est sûr ! (NDLR : m'étonnerait ! )

FeedBack : Tu ne développes que pour Windows. A-t-on espoir un jour un portage vers d'autres OS comme MacOS, Linux ou encore BeOS ?

Vincent : Je ne sais pas, pour l'instant c'est pas prévu.

FeedBack : Arrives-tu à vivre de ton métier ?

Vincent : Oui, depuis que Media-Assistance a pris en charge tout l'aspect commercial.

FeedBack : Comment organises-tu ton travail ? Tu bosses tout seul ?

Vincent : Hum, c'est un peu la guerre ! Entre les produits à déboguer, maintenir et porter, les recherches sur les algorithmes, la conception des interfaces graphiques, le courrier et tout ce qui est administratif, si je programme 4 heures dans la journée, c'est une bonne journée (mes journées font 12 à 15 heures) ! Bref, je rêve d'un(e) secrétaire en ce moment, qui en plus s'occuperait de faire les documentations de mes produits et de mettre à jour mon site Web !

FeedBack : La doc : j'ai souvenir d'un exposé très détaillé sur la réverb qui était livré avec Aphro. A t-on espoir d'avoir la même chose avec l'outil de mastering cité plus haut ?

Vincent : En théorie oui, j'ai même très envie de faire une documentation détaillée sur tous les outils de mastering... Hélas, je ne sais pas si je vais avoir le temps.

FeedBack : Quels sont tes rapports avec tes "gros" concurrents ? Ils te respectent ou tu les agaces ? ,o)

Vincent : Je ne sais pas, on ne se connaît pas trop. J'espère que je les agace !

FeedBack : "On" sait que tu connais bien Philippe Goutier. Tu peux nous parler de cette collaboration ?

Vincent : J'avais contacté Philippe y'a 3 ans ou presque, quand j'ai eu à travailler sur son format propriétaire de plug-in pour WaveLab et depuis nous sommes restés en contact. Il n'y a pas de collaboration entre nous mais plutôt une entente cordiale.

FeedBack : Dans le Keyboards de juillet 2000, tu as une double page. On te traite comme n'importe qu'elle société importante dans le domaine. C'est un aboutissement, une étape de plus ou tu t'en fous ?

Vincent : Je ne sais pas trop, j'ai un peu l'impression de trouver ça normal.

Vincent : Le rôle d'Internet dans ton aventure ?

Vincent : Indéniablement, un bon vecteur pour se faire connaître. Cependant, si Internet est un moyen de communiquer ou de présenter des produits, Internet n'est pas un média de masse, mais un média de clans ! En conséquence de quoi, il ne remplace en aucun cas un media support papier ou TV... Bref, si Internet permet de lier des contacts inespérés voire improbables, Internet ne remplace pas une bonne promotion, un réseau de distributeurs et un staff commercial, la connaissance du milieu dans lequel on sévit etc, etc... C'est d'ailleurs pourquoi je suis heureux que Média-Assistance s'occupe de cette partie.

FeedBack : Dernière petite question : tu as ou a été musicien ?

Vincent : J'ai un STUDIO 900 FATAR touches lourdes derrière moi qui m'attend toute la journée et fume quand il me voit taper sur tous ces claviers d'ordinateurs... Donc, j'attends le moment où j'aurai le temps d'avoir des hobbies à côté de mon boulot, pour m'y remettre tranquillement.


Voilà, je vous l'avais dit, pas de conformisme, pas de concession... Belle phrase que "Ça a été plus le fruit d'un hasard qui m'allait bien"... Le seul conseil que je puisse vous donner est d'aller visiter le site de Vincent et de consulter son catalogue. M'étonnerait qu'il vous laisse indifférent !

Haut de page
Pascal VALENTIN, le 13-11-2000

Page vue 7352 fois